Conférence de presse du gouvernement : Une nouvelle apparition du virus de la grippe aviaire au Burkina Faso

Le ministre de l’Agriculture, des Aménagements hydro-agricoles, de la Mécanisation, des Ressources animales et halieutiques, monsieur Moussa KABORE, a coanimé, le vendredi 14 janvier 2022, à Ouagadougou, une conférence de presse du gouvernement avec son homologue en charge de la Santé, Pr Charlemagne OUEDRAOGO, sur la nouvelle apparition du virus de la grippe aviaire sur le territoire burkinabè. Il s’agit de la souche hautement pathogène H5N1 de l’influenza aviaire.

Le sous-secteur de l’élevage volaille du Burkina Faso fait face à une grippe meurtrière constatée depuis fin décembre 2021. En effet, « les analyses effectuées par le Laboratoire national d’élevage ont établi la présence du virus de l’influenza aviaire hautement pathogène encore appelé virus de la grippe aviaire », a indiqué le ministre en charge des ressources animales, monsieur Moussa KABORE. Un résultat qui selon lui, a été confirmé par le laboratoire de référence de l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) pour l’influenza aviaire, basé à Padoue en Italie.

Cette grippe aviaire a été détectée dans 42 foyers répartis dans sept (7) régions du pays. Ce virus a « occasionné actuellement au Burkina Faso des mortalités d’environ 500 000 volailles et une perte de 1 million 380 mille 222 plaquettes d’œufs de consommation estimés à environ 4 milliards 780 millions FCFA, toutes espèces de volailles confondues », a déploré le ministre KABORE.

 

Pour le ministre en charge des ressources animales, le virus de la grippe aviaire peut se transmettre exceptionnellement à l’homme, lors de contacts fréquents et intensifs avec des sécrétions respiratoires ou des déjections d’animaux infectés sans utiliser de mesures de protection.

Un plan de riposte élaboré

Face à ce fléau, les autorités burkinabè ont pris des mesures pour contenir la grippe H5N1 et soutenir les acteurs de ce secteur d’activité.

Selon le ministre Moussa KABORE, un plan de riposte est élaboré et mis en œuvre pour contrer la dissémination de la maladie. Des actions de recensement de la volaille contaminée suivies d’abattage, d’incinération et à l’enfouissement de cette volaille et d’autres oiseaux morts sont opérées par des agents de santé. « Il s’en suit une désinfection des locaux d’élevage concernés », a précisé monsieur Moussa KABORE.

A cette occasion, conférence, le ministre KABORE a invité les aviculteurs à signaler tout cas suspect de grippe aviaire aux services sanitaires compétents pour la prise en charge de cette grippe. Selon le ministre KABORE, il faut préciser que seules les volailles abattues par les services sanitaires seront comptabilisées et dédommagées par l’Etat.

Présent à cette conférence de presse, le ministre de la Santé, de l’Hygiène publique et du Bien-être, Pr Charlemagne OUEDRAOGO, s’est appesanti sur le mode de contamination de la volaille à l’homme. Il a par ailleurs, invité l’ensemble des citoyens à être prudents et observer les règles d’hygiène dans la manipulation de la volaille.

Pour rappel, le Burkina Faso a connu sa première grippe aviaire en 2006. A ce jour, aucun cas de contamination humaine n’a été constaté.

Le Service d’information du gouvernement

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email

Articles Recommandés

Burkina Faso-Portugal : Alain Francis Gustave ILBOUDO a présenté ses Lettres de créances

Sig-Burkina

Communiqué: attaque du poste des douanes de Batié

Adams OUEDRAOGO

Accessibilité à la justice : La Cour d’appel de Fada N’Gourma désormais fonctionnelle

Sig-Burkina

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus...

Recommended
    Télécharger la version pdf ici : POINT DE SITUATION…