Flash Info
prev next

à La Une »

Compte rendu du Conseil des ministres du 25 novembre 2021

25 novembre 2021 – 20 h 31 min Pas de Commentaire | 1 526 views

Le Conseil des ministres s’est tenu à Ouagadougou,
le jeudi 25 novembre 2021,
en séance ordinaire, de 09 H 00 mn à 14 H 30 mn,
sous la présidence de
Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE,
Président du Faso, …

Lire l'article »
Actualités

Grands dossiers gouvernementaux

Chronique du Gouvernement

Chronique du Gouvernement du Burkina Faso

Conseil des Ministres

Ordre du jour et compte Rendu du conseil des Ministres

Les communiqués gouvernementaux

Les communiqués venant du SIG.

Le calendrier gouvernemental

Suivi de l’ensemble des activités gouvernementales.

Acceuil » à La Une, Actualités, Chronique du Gouvernement

17ème édition de la Semaine du numérique : les acteurs engagés à jeter les bases de leur écosystème digital du future

Soumis par par 10 novembre 2021 – 12 h 16 minPas de commentaire | 411 views

La Semaine du numérique, instituée par Décret n° 2003-348/PRES/PM du 10 juillet 2003 sous l’appellation Semaine nationale de l’Internet et des Technologies de l’Information et de la Communications (SNI) a pour objectif global de promouvoir et de vulgariser le numérique au Burkina Faso.

Depuis son institution, la Semaine du Numérique est toujours tenue sans discontinuer et est en cette année 2021, à sa 17ème édition.

Cette rencontre annuelle des acteurs du numérique de notre pays se tient du 09 au 13 novembre 2021 à Bobo-Dioulasso sous le haut patronage de Son Excellence Monsieur Christophe Joseph Marie DABIRE, Premier ministre, chef du Gouvernement, et est placée sous le thème, « Projection à l’ère post Covid -19 : enjeux d’une transformation digitale réussie ». Choisir de réfléchir sur un tel thème est loin d’être anodin.

En effet, depuis l’avènement de la Covid-19, l’ensemble des organisations publiques comme privées, de diverses tailles (petites, moyennes ou grandes) ont appris à travailler autrement. Le numérique s’est alors présenté comme une alternative pour réussir ce nouveau mode de travail. Nous avons assisté en quelques mois, à ce que plusieurs décennies de plaidoyer n’avaient pas réussi à faire, c’est-à-dire amener la société à adopter une nouvelle organisation du monde du travail avec une accélération de la migration vers les solutions en ligne, le travail à distance et le travail collaboratif. Ainsi, la nécessité a imposé une transformation profonde des habitudes de travail et des services qui l’accompagnent.

Dans un tel contexte, les acteurs de l’écosystème du numérique ont globalement essayé de transformer la crise en opportunité. Des initiatives ont été développées pour permettre la continuité des activités à la fois de communication, d’éducation, de réponse à la crise sanitaire, de facilité des échanges commerciaux (e-commerce) voire de divertissement. Les différentes organisations, selon leur niveau de maturité numérique, ont soit consolidé les acquis de la transformation numérique de leurs sociétés, soit se sont engagées dans les approches de télétravail et d’enseignement à distance. Plusieurs rencontres internationales, africaines, sous-régionales ont été tenues avec succès grâce à la magie du numérique.

La conviction est donc faite que l’après COVID-19 se conjuguera inévitablement avec le numérique.

Pour réussir ce virage, les acteurs de l’écosystème numérique de notre pays avec à leur tête le ministère en charge du numérique madame Hadja Fatoumata Sanou, mettent les bouchées doubles pour gagner le pari de la transformation digitale.

Ainsi, de 1500 kilomètres de réseau en fibres optiques exploitables en 2016, le pays en dispose aujourd’hui de plus de 8700 km dont plus de 3000 km sur initiative directe de l’Etat.

Cette extension considérable du réseau en fibre optique a permis de passer de 11 provinces en 2016 à 42 provinces couvertes actuellement en fibre optique. Avec d’autres projets notamment satellitaires, nous couvrons les 45 provinces.

En outre, pour améliorer davantage la résilience des réseaux et réduire les coûts de transmission internationale, le gouvernement a mis en place deux Points d’échange Internet, un à Ouaga et l’autre à Bobo.

Deux ports secs virtuels de stockage de la bande passante internet internationale, appelés Points d’atterrissement virtuel (PAV) à Ouagadougou en 2018 et à Bobo-Dioulasso en 2020 ont également été réalisés. Grâce à ces infrastructures, les opérateurs de téléphonie et les fournisseurs d’accès à internet (FAI) s’approvisionnent localement en capacité internet à prix réduit de l’ordre de 86%.

De même, on a enregistré un accroissement de la bande passante internationale qui est passée de 12 Gbps en 2015, à plus de 70 Gbps en 2021.

En vue de renforcer ces acquis et dans une logique d’anticipation, les acteurs de l’écosystème numérique burkinabè, veulent déjà se projeter à l’ère post Covid-19, d’où le choix de ce thème pour cette 17ème édition « enjeux d’une transformation digitale réussie » .

Il est attendu des échanges qui auront lieu au cours de cette manifestation, des propositions concrètes à même de répondre aux nouvelles exigences de l’heure et confirmer la place du numérique comme levier essentiel de développement économique et social dans notre pays.

DCPM/Ministère de l’économie Numérique, des postes et de la Transformation Digitale

 

Le Service d’information du gouvernement

 

Print Friendly, PDF & Email

Plus d'articles:

izmir web tasarim genital estetik