Réconciliation nationale : Le mécanisme de sa mise en œuvre expliqué aux journalistes

Le ministre d’Etat, ministre auprès du Président du Faso, chargé de la réconciliation nationale et de cohésion sociale, Zéphirin DIABRE, était face aux journalistes pour présenter la feuille de route pour l’organisation du forum national de la réconciliation. La rencontre a eu lieu, le 1er juin 2021, à Ouagadougou.

Face à la presse, Zéphirin DIABRE, ministre en charge de la réconciliation nationale a présenté l’ensemble des activités entrant dans le  cadre de la  préparation du forum national. Ces activités s’articulent  autour de 6 points essentiellement.

Il s’agit de la mise en place des instruments d’orientation, de supervision et de conseil. Cette structure, composée du Conseil national d’Orientation et de Suivi (CNOS) de la Réconciliation nationale et de la Cohésion Sociale comme son nom l’indique, se charge de superviser et de mettre en place toutes les démarches et mécanismes nécessaires pour la réconciliation nationale et la cohésion sociale.  Le Comité des experts au nombre de 30 personnes qui est présidé par le ministre en charge de la réconciliation nationale constitue l’ensemble des personnes ressources  participant à l’analyse et à l’élaboration des différents documents. Il y a également les Comités de pilotage et de rédaction.

Des instruments de pilotage dont certains sont élaborés, à savoir la stratégie nationale de cohésion sociale, la stratégie nationale de prévention et de lutte contre l’extrémisme violent et d’autres en cours d’élaboration dont la stratégie nationale de réconciliation, et le pacte de vivre-ensemble. Ces instruments seront utilisés lors des foras communaux dans le processus de la réconciliation et feront recours à toutes les questions liées à la réconciliation au Burkina Faso, a affirmé le patron de la réconciliation nationale.

Concernant  les instruments de gestion de la réconciliation, « cet organe se chargera de la réconciliation en mettant en œuvre les stratégies présentées par les structures que sont les instruments d’orientation, de supervision et de conseil puis les instruments de pilotage », a-t-il dit.

Les instances de concertation, prévues pour se tenir en mi-juin regroupent l’ensemble des rencontres de haut niveau présidées par le Président du Faso ainsi que les rencontres communales, provinciales, régionales et nationales.  

Les instruments de plaidoyer et de communication concernent l’ensemble des conférences, débats, panels et émissions audio-visuelles organisés sur la réconciliation nationale.

Le forum national de réconciliation  « sera l’expression solennelle de la réconciliation portée par le Président du Faso autour duquel tous les burkinabé se seront rassemblés pour s’accepter, se pardonner et se projeter pour un nouvel avenir avec confiance », a exprimé le ministre d’Etat  Zéphirin DIABRE.

Le forum national de la réconciliation est prévu pour se tenir une fois par an et le patron de la réconciliation nationale invite tout le peuple burkinabè à s’impliquer afin que cette mission de réconciliation soit effective  au Burkina Faso.

Le Service d’Information du Gouvernement

Print Friendly, PDF & Email

Articles Recommandés

Coopération Burkina Faso-République Populaire de Chine : des hommes de médias burkinabè s’imprègnent de l’expérience chinoise

Adams OUEDRAOGO

Justice Militaire : Le remplacement du juge OUATTARA Jean Marie a été fait conformément à la loi

Sig-Burkina

CHRONIQUE DU GOUVERNEMENT. LE PATRIMOINE MONDIAL AU BURKINA FASO

Sig-Burkina

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus...

Recommended
Les menaces sécuritaires pèsent lourdement sur les principaux pôles d’élevage…