Semaine nationale du numérique 2019 : Des start-up présentent leurs solutions informatiques.

La Semaine nationale du numérique, c’est aussi la présentation des solutions informatiques. De jeunes start-up burkinabè ont présenté les résultats de leurs travaux à madame le ministre de Développement de l’Economie numérique et des postes ce jeudi 21 novembre 2019 dans l’enceinte de la Maison de la culture Anselme Titianma SANOU de Bobo-Dioulasso.

La start-up Diligo

Diligo qui veut dire Digital Life’s Good (DILIGO) est une entreprise burkinabè créée en 2016 spécialisée dans la recherche, la conception et le développement de solutions technologiques pour répondre aux besoins de la population dans les secteurs prioritaires tel que l’éducation, l’agriculture, la santé. DILIGO évolue également dans le conseil, l’ingénierie et le déploiement de solutions métiers pour ses clients. A travers sa plateforme, Diligo permet aux élèves de retrouver le programme des cours et des devoirs contre un abondement annuel de 3 000 F CFA. 

La start-up FASODRONE

Fasodrone est une entreprise de conception de drones et de traitement de données qui a vu le jour en 2013. Il a entre autres ambitions d’apporter des solutions innovantes à des problèmes courants et faire du Burkina un pôle technologique dans le domaine aérospatial, de la Science des données et de l’Intelligence artificielle. Leurs domaines d’intervention est principalement l’agriculture. Fasodrone conçoit des drones qui peuvent voler pendant 150 mn à une vitesse moyenne de 75 à 100 km/h. Ces drones peuvent également transporter des charges de 4 kg. Selon son promoteur Issouf OUATTARA, Ingénieur aéronautique, son entreprise ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Il espère un jour, transporter les poches de sang, à l’image du Rwanda pour ravitailler les Centres de santé. 

La start-up Quiet Trafic

Quiet Trafic est une solution informatique développée par trois étudiants de l’Ecole Supérieur d’Informatique de Bobo-Dioulasso. Leur objectif, réguler la circulation de façon intelligente à l’aide de capteurs. Une fois l’embouteillage détecté, le temps des feux tricolores est automatiquement modifié pour fluidifier la circulation.  A l’étape actuelle, les capteurs utilisés peuvent détecter une ambulance ou un éventuel embouteillage à une distance de 350 m. Mais Abdoul Baasit KAGAMBEGA, Zanga Daouda OUATTARA et Salif ZANTE tous étudiants de 2è et 3è année d’informatique espèrent parfaire leur solution informatique afin de détecter et réguler à une distance de 25 km, les embouteillages, véritables goulots d’étranglement dans nos grandes villes. Pour y arriver, ils disent compter sur l’accompagnement des autorités.

Service d’information du gouvernement

Print Friendly, PDF & Email

Articles Recommandés

COMMUNIQUE DE PRESSE N°2

Sig-Burkina

Prix Découvertes RFI 2015 : Le gouvernement encourage les nominés

Sig-Burkina

Fraudes aux concours de la Fonction publique les coupables encourent des sanctions administratives

Sig-Burkina

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus...

Recommended
Placé sous le très haut patronage du président du Faso,…