Flash Info
prev next

à La Une »

Conférence régionale de la communication dans la Région du Centre-Ouest : Renforcer le climat de confiance entre gouvernants et populations

18 novembre 2019 – 18 h 44 min Pas de Commentaire | 24 views

Koudougou, chef-lieu de la Région du Centre-Ouest a abrité le samedi 16 novembre dernier, la première Conférence régionale de la Communication de l’année 2019. Organisée par le ministère de la Communication et des relations avec …

Lire l'article »
Actualités

Grands dossiers gouvernementaux

Chronique du Gouvernement

Chronique du Gouvernement du Burkina Faso

Conseil des Ministres

Ordre du jour et compte Rendu du conseil des Ministres

Les communiqués gouvernementaux

Les communiqués venant du SIG.

Le calendrier gouvernemental

Suivi de l’ensemble des activités gouvernementales.

Acceuil » à La Une, Actualités, Reportage

Initiative pour les investissements futurs: l’Afrique, le continent de l’avenir

Soumis par par 1 novembre 2019 – 16 h 15 minPas de commentaire | 206 views

Le Centre international du roi Abdelaziz de Riyadh a encore été le point de convergence des participants au forum sur l’initiative pour les investissements futurs de Riyadh. Les travaux du deuxième jour ont été dédiés à l’Afrique ce jour 30 octobre 2019. La problématique du développement du continent a été abordée sans complaisance par les présidents kenyan, nigérian et nigérien qui étaient les principaux animateurs du panel. Ces communications suivies d’échanges ont eu lieu en présence du Premier ministre Christophe Joseph Marie Dabiré.

La tribune offerte à l’Afrique pour séduire les investisseurs internationaux et autres leaders mondiaux qui comptent dans l’économie mondiale, a été judicieusement exploitée par trois chefs d’Etats africains, à savoir, le kenyan Uhuru Kenyatta, Mahamadu BUHARI du Nigéria et Mahamadou Issoufou du Niger.

L’exercice a consisté pour ces trois présidents africains, à donner leur point de vue sur l’avenir économique du continent africain en lien avec les défis actuels et les besoins d’investissements.

Tous sont unanimes que l’Afrique a besoin de nos jours, de gros investissements pour son développement économique et social. Répondant aux différents stéréotypes collés à l’Afrique, ils ont indiqué que le continent noir et les africains a néanmoins besoin d’assurer sa sécurité alimentaire et son développement. Des interventions qui ont permis à ces dirigeants, de présenter aux participants, les énormes potentialités dont regorge le continent, en termes de ressources naturelles et humaines, mais aussi les principaux freins à son développement.

Des communications saluées par le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, pour qui ces Chefs d’Etats ont représenté dignement l’Afrique et ont démontré que l’Afrique est le continent de l’avenir, de toutes les opportunités aujourd’hui, avec la signature de la zone de libre-échange continentale où il y a des opportunités d’investissements qui s’offrent à l’ensemble des investisseurs au niveau international.

« Ils ont appelé les investisseurs à venir investir en Afrique, car les potentialités existent et les peuples africains ont besoin d’une masse d’investissements pour promouvoir leur développement social et économique », a soutenu le Chef du Gouvernement.

« Nous sommes heureux d’être venu participer à cette initiative dans la mesure où ça permet aux initiateurs, c’est-à-dire aux fonds d’investissement public de l’Arabie Saoudite, de se rendre compte que l’Afrique offre des potentialités avec la masse des ressources disponibles aux fonds d’investissement », a ajouté M. Dabiré.

Le chef du gouvernement burkinabé est convaincu que les partenaires mondiaux peuvent intervenir pour régler un certain nombre de problèmes d’investissement structurant au niveau des infrastructures et de l’énergie en Afrique.

« Il faut que nous puissions mobiliser l’ensemble des ressources nécessaires pour avoir de l’énergie et rendre nos économies plus compétitives, au regard de ce qui se passe en Asie et au niveau international », préconise le Premier ministre.

Il estime également qu’au niveau du Burkina Faso avec son Plan National de Développement Economique et Social qui attend encore des investissements structurants, cela est possible, parce que le pays a des projets qui sont murs et qui n’ont besoin que de ressources pour pouvoir être mis en œuvre.

DCI/PM

 

Print Friendly, PDF & Email

Plus d'articles:

izmir web tasarim genital estetik