COMMUNIQUE: LE MONDE DU CINEMA BURKINABE EN DEUIL

Le monde du cinéma burkinabè et africain a perdu le 1er avril 2019, à Ouagadougou, un des leurs, Saint Pierre Yaméogo, des suites de maladie.

Cette icône du cinéma s’en est allé, à l’âge de 64 ans, après une vie bien remplie et utile pour son pays et le monde. En témoigne sa riche filmographie qui servira de bibliothèque à la jeune génération de cinéastes en quête de qualité, d’originalité et de perfection. A son actif, on dénombre plusieurs œuvres (courts, longs métrages et documentaires) qui lui ont valu des distinctions aux plans national et international, notamment, « Wendemi » réalisée en 1992, « Delwendé lève toi et marche » en 2005 et Bayiri en 2011. Ces œuvres, réalisées dans l’art et avec la passion qu’on connaissait de ce diplômé de l’Université de Harvard aux Etats unis d’Amérique, fondateur de la maison de production Afix, véritable laboratoire qui lui a permis de produire ses propres films et de certains de ses pairs, font partie intégrante de l’histoire du cinéma burkinabè.

Sincères condoléances à la famille du cinéaste et à celle plus élargie du monde du cinéma.

Paix à son âme !

Abdoul Karim Sango

Ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme

 

Print Friendly, PDF & Email

Articles Recommandés

Audience du Premier Ministre : la Banque Mondiale et le FMI engagés à soutenir l’agenda actuel du Burkina

Sig-Burkina

Sortie de crise au MINEFID : Le gouvernement et la CS-MEF renoue le dialogue

Sig-Burkina

Présidentielle 2015 : Le gouvernement de la Transition appelle au respect du devoir de réserve et de neutralité de l’administration

Sig-Burkina

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus...

Recommended
  Nommé en Conseil des Ministres du 12 décembre 2018…