Débats publics sur la Constitution

 Débats publics sur la Constitution

 Le Conseil national de la transition (CNT) en tant que tribune de l’expression souveraine, s’est voulu à l’avant-garde du débat politique sur  l’opportunité d’une nouvelle république. Ainsi, après la série de débats dans les médias, le Conseil national de la Transition  a organisé, du 30 mai au 27 juin 2015,  une série de conférences publiques sur la Constitution dans les chefs-lieux de région du Burkina Faso. Ces activités s’inscrivent dans le cadre des initiatives d’échanges et de sensibilisation des forces vives de la nation sur le processus législatif à même d’aboutir nécessairement à un nouvel ordre politique.

En effet, les villes de Bobo-Dioulasso, Dori, Fada N’gourma, Ouahigouya,  Gaoua,  Kaya, Manga, Koudougou, Ouagadougou, Ziniaré, Dédougou, Banfora et Tenkodogo ont accueilli le débat public sur la Constitution animé par d’éminents communicateurs. Dans chacune de ces localités, les conférenciers Pr Laurent Bado, Pr Abdoulaye Soma, Pr Séni Mahamoudou Ouédraogo, Dr Abdoul Karim Sango,  Dr Salifou Sangaré, Dr Kachem Salam Sourwema, Dr Abdoul Karim Saïdou,  M. Ismaël Diallo,  M. Locéni Cissé, M. Remis Fulgance Dandjinou et Me Samuel Ibrahim Guitanga, ont animé lesdits débats publics sur la Constitution avec les forces vives. L’enjeu de ces conférences publiques dans les régions du Burkina Faso était de permettre aux populations de pouvoir opiner sur la question de la Constitution.

Les centres d’intérêt du débat politique ont porté notamment sur la question de l’opportunité d’une nouvelle république et sur le moment de son avènement. Les participants aux conférences publiques régionales ont montré leur intérêt sur la question en partageant leurs points de vue et en émettant des propositions à même de renforcer  la vision commune.

Le questionnement général sur l’avènement d’une nouvelle Constitution est en phase avec le tournant politique actuelle de notre pays. D’ores et déjà l’opinion générale qui se dégage est que la période de transition est la mieux indiquée pour acter le passage à un nouvel ordre constitutionnel. La république est donc en gestation.

Si le Conseil national de la Transition a eu la clairvoyance de faire participer les populations au débat public sur la Constitution, il importe maintenant de prendre des initiatives ardues en conformité absolue avec les lois et règlements du pays pour asseoir les mécanismes d’élaboration et d’adoption de la nouvelle loi fondamentale

 La Direction générale des médias du Conseil national de la Transition

 

Print Friendly, PDF & Email

Articles Recommandés

Mise en œuvre de la TNT : Le comité de pilotage reçu par le Premier Ministre

Sig-Burkina

Communiqué suite à l’attaque terroriste de Nice en France

Sig-Burkina

Sit in projeté par la CS-MEF: une grève illégale selon le gouvernement

Adams OUEDRAOGO

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus...

Recommended
 Lancement de la campagne de communication sur le Plan stratégique…