Les grands chantiers de la Commission de réconciliation déclinés à la presse

La Commission de réconciliation nationale et des réformes (CRNR) a tenu sa première conférence de presse le 21 mars 2015.  Au total des représentants de 27 organes de presse (national et international) ont utilement échangé avec le bureau du CRNR pendant plus d’une heure d’horloge.  C’est à cette occasion que le président de la Commission, Mgr Paul Ouédraogo a décliné   les préoccupations et les  missions de sa structure. Il y a essentiellement  cinq préoccupations : vérité, justice et réconciliation nationale; réformes constitutionnelles, politiques et institutionnelles; réforme électorale; finances publiques et enfin gestion des médias. Au cours de sa deuxième plénière du 20 mars 2015, la Commission a examiné un projet de règlement intérieur et un projet de budget. Le consensus sur le règlement intérieur a été établi et les grandes lignes du budget ont été arrêtées. Ce sont ces deux documents qui seront certainement adoptés au cours de la 3e plénière prévue se tenir ce mardi 31 mars. Les membres de la CRNR ont voulu jouer à la transparence en annonçant que le montant de 250.000 FCFA a été retenu comme indemnité mensuelle pour chacun d’eux.  Et le président de la Commission, Mgr Paul Ouédraogo, de préciser que «ces indemnités sont largement en dessous des niveaux retenus par les dispositions réglementaires visées par la loi organique » et n’ont été fixées que le 20 mars. Une information qui est loin des 5,5 millions annoncés par un des démissionnaires, Siaka Coulibaly.

Les missions de la Commission

La question qui revient sur toutes les lèvres est de savoir ce que fera exactement la Crnr. Les missions de cette Commission sont clairement définies dans la loi organique du 23 janvier 2015. Cette commission dirigée par l’archevêque métropolitain de Bobo-Dioulasso est chargée de formuler des réformes pertinentes nécessaires au développement politique et socio-économique inclusif de la nation.

Il lui revient également d’établir les conditions d’apurement du passif de la gestion politique et économique de l’Etat. Tout au long des 5 mois que va durer le travail de la CRNR, des propositions visant à créer les conditions de la manifestation de la vérité, de la justice, du pardon et de la réconciliation nationale doivent être faites. Dès lors, il faudra à la Commission jeter les bases de la réhabilitation des valeurs positives consensuelles (intégrité, solidarité, travail, discipline, civisme, tolérance…). C’est pourquoi le rôle de la sous-commission «Vérité, justice et réconciliation nationale» est très attendue. C’est à elle que revient la charge de «proposer une réforme du système judiciaire qui assure l’impartialité et l’indépendance de la justice».

Il va sans dire que cette sous-commission présidée par Me Hervé Guy Kam va capitaliser  les résultats des états généraux de la justice qui a refermé ses portes le 28 mars dernier.

 Des élections à venir

Le volet électoral sera également pris en compte dans les urgences de la Crnr. Ainsi, les propositions des lois de moralisation de la vie politique et de transparence dans la compétition électorale lui reviennent. Aussi devra-t-elle proposer des textes de loi pour un système électoral équitable. S’agissant du volet finances publiques, la CRNR devra, au bout de 5 mois, soumettre des propositions en vue de mettre en cohérence le train de vie de l’Etat avec le niveau des ressources publiques. Dans ce sens, la sous-commission en charge de ce volet a l’obligation de proposer des mécanismes efficaces de gestion des biens de l’Etat et des mécanismes d’encadrement des marchés publics.

Pour le volet médias,  Edouard Ouédraogo (Dg de l’Observateur Paalga) et ses collaborateurs devront permettre à la Commission de soumettre à l’autorité des propositions pour un meilleur encadrement juridique, professionnel et institutionnel des médias. Dans ce sens, il devra sortir des réflexions de la CRNR des propositions visant à asseoir un système juste et efficace de traitement des délits de presse ou encore des propositions de réformes visant l’accès équitable aux médias publics. Déjà un plan médias est sur la table de la Commission

Mgr Paul Ouédraogo a tenu à préciser que la structure qu’il préside n’envisage  «ni un fonctionnement en vase clos, ni une amnésie par rapport aux travaux  et rapports pertinents antérieurs». Sur cet aspect, le président de la CRNR a promis de s’ouvrir  à toute la société burkinabè à travers un processus consultatif  pour identifier les attentes. Le rapport du collège des sages sera mis à profit. Elle prolongera sa démarche  pour tenir compte des crimes plus récents et des évolutions majeures qui ont affecté la société.

L’appel de l’Archevêque

Face aux défis qui se présentent à la Commission de réconciliation nationale et des réformes, son président, Mgr Paul Ouédraogo a lancé un appel à la retenue et au respect du sacrifice  des martyrs de l’insurrection populaire, de la mémoire des héros nationaux et des nombreuses victimes  des années passées. C’est pourquoi, l’Archevêque de Bobo-Dioulasso demande à ce que cessent ce qu’il appelle «les débordements, les propos négationnistes et les postures arrogantes», pour faire place à l’apaisement des cœurs, à l’exercice de la vérité et de la justice pour la réconciliation nationale.

 

Print Friendly, PDF & Email

Articles Recommandés

brochure Programme journée d’hommage

Sig-Burkina

Agenda général des UACO 2017

Sig-Burkina

Le collectif des syndicats de l’aéronautique civile suspend les mots d’ordre de grève des 11 et 12 octobre 2019

Sig-Burkina

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus...

Recommended
Aux termes des dispositions de la Charte de la Transition…