Flash Info
prev next

à La Une »

Le Burkina Faso en bonne voie pour maximiser les retombées socio-économiques du secteur minier

23 octobre 2019 – 8 h 22 min Pas de Commentaire | 44 views

Le Premier ministre Christophe Joseph Marie DABIRE a marqué de sa présence à deux grands évènements de référence destinés à attirer des investisseurs au Burkina Faso. Il s’agit respectivement de la 4ème édition de la …

Lire l'article »
Actualités

Grands dossiers gouvernementaux

Chronique du Gouvernement

Chronique du Gouvernement du Burkina Faso

Conseil des Ministres

Ordre du jour et compte Rendu du conseil des Ministres

Les communiqués gouvernementaux

Les communiqués venant du SIG.

Le calendrier gouvernemental

Suivi de l’ensemble des activités gouvernementales.

Acceuil » à La Une, Actualités, Reportage

Journée internationale de la jeune fille : plaider pour de meilleures conditions de vie

Soumis par par 11 octobre 2014 – 18 h 44 minPas de commentaire | 4 476 views

La Journée internationale de la jeune fille a été célébrée le samedi 11 octobre 2014 à Kaya dans la province du Sanematenga sous le thème : « Mariage précoce des filles scolarisées : propositions d’actions concrètes de lutte ». La cérémonie a été présidée par Madame Christiane TIAO, épouse du Premier ministre, représentant Madame Chantal COMPAORE, patronne de la cérémonie.

Placée sous le signe de l’interpellation de tous les acteurs du développement à davantage d’engagement et de synergie d’actions pour la défense de la cause de la jeune fille, la commémoration de cette journée est une volonté affichée des plus hautes autorités de notre pays d’œuvrer à l’épanouissement socio-économique des jeunes filles. Il s’agit de mener des réflexions dans les villages et chefs-lieux de communes afin d’identifier tous les obstacles au maintien des filles à l’école. La présidente du Parlement des enfants, mademoiselle Minata SAWADOGO, a saisi l’occasion pour interpeller les décideurs politiques, les autorités coutumières et religieuses, les éducateurs et les parents pour que cessent les violences à l’égard des jeunes filles. Même son de cloche pour le représentant de l’UNICEF et des Partenaires techniques et financiers, Monsieur Marc RUBEN. Selon le ministre de l’Education nationale et de l’alphabétisation Madame Coumba BOLY, le mariage précoce des jeunes filles est une pratique qui remet  en cause les droits de l’enfant. Il porte poursuit-elle, gravement atteinte à son développement et aussi constitue un lourd fardeau sur les potentialités de développement de notre société. Quant à la marraine de la cérémonie, Madame Christiane TIAO, l’adoption de la Stratégie nationale d’accélération de l’éducation des filles (SNAEF) traduit l’importance que le gouvernement du Burkina Faso accorde à la mise en place d’un système éducatif débarrassé de toutes formes d’inégalités de genre. La cérémonie a connu la présence de quelques membres du gouvernement ainsi que des autorités locales, coutumières et religieuses.

Le Service d’information du Gouvernement

Print Friendly, PDF & Email

Plus d'articles:

izmir web tasarim genital estetik