Promotion de l’économie de la culture : Des enjeux sociaux, politiques et économiques majeurs

Promotion de l’économie de la culture : Des enjeux sociaux, politiques et économiques majeurs

 

La 17ème édition de la Semaine Nationale de la Culture, Bobo 2014, se tiendra du 22 au 29 mars 2014 sous le thème «Promouvoir l’économie de la culture pour une contribution au développement durable. La mondialisation de l’économie ainsi que la révolution numérique et la réorientation de la production vers une économie de services et d’innovations ont en effet, conféré à l’économie de la culture, à travers les industries culturelles et créatives, un rôle central dans les processus de développement des nations. Ainsi, il est apparu impérieux pour les Etats d’adopter des politiques pour permettre le développement de l’économie de la culture afin de contribuer plus fortement au développement durable.

 C’est dans ce contexte que le Burkina Faso s’est doté d’une Stratégie nationale de développement des industries culturelles et créatives (SND-ICC), qui se veut un outil d’opérationnalisation des ambitions nationale et sectorielle de promotion de l’économie de la culture contenues dans les documents  de la Stratégie de croissance accélérée et de développement durable (SCADD) et de la Politique nationale de la culture (PNC). L’objectif global de la SND-ICC, en conformité avec les orientations de la SCADD, est de « Structurer et développer l’économie de la culture pour améliorer la rentabilité du secteur culturel afin d’accroître sa contribution à la croissance et au développement durable ».

Le développement durable (ou soutenable) étant le développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre à leurs propres besoins. C’est dans cette perspective que le développement durable prend en compte la nécessité de concilier l’efficacité économique, l’équité sociale et la viabilité environnementale, dans une perspective d’équité intra et intergénérationnelle.

La création de revenus et la croissance économique ne peuvent être réalisées que si elles s’appuient sur des secteurs stratégiques de développement. C’est à ce titre que la SCADD, en raison de l’immense potentiel de croissance de la culture a érigée les industries culturelles au rang de secteur prioritaire.

En effet, la contribution du secteur de la culture à la formation du revenu national est réelle. En 2009, la valeur ajoutée dégagée par les filières culturelles était estimée à 79,667 milliards de francs CFA, soit 2,02% du Produit intérieur brut (PIB).

Aussi, les activités culturelles au Burkina Faso emploient un nombre relativement important de personnes. En effet,  164 592 personnes, représentant 1,78% des actifs occupés en 2009 ont eu un emploi dans le domaine de la culture. De même, l’économie de la culture engendre un effet multiplicateur sur les autres secteurs d’activités notamment l’hôtellerie, la restauration, le transport, l’artisanat, etc.

 Économie de la culture et équité sociale

Les identités culturelles fondent les valeurs et les référents des individus et des groupes sociaux et constituent un facteur important de régulation, d’intégration et d’équité sociale.

La culture est un enjeu déterminant de cohésion sociale et de paix qui nécessite que les divers mécanismes traditionnels de régulation sociale qu’elle a secrétés soient judicieusement pris en compte.

L’organisation d’activités culturelles communautaires tels les festivals et manifestations culturelles locales constitue des moments de ressourcement identitaire, un facteur d’intégration sociale pour les individus et un cadre d’impulsion des dynamiques de développement local.

L’action culturelle  contribue à former l’individu et les groupes, à forger leur volonté de comprendre la  vie sociale et d’en être partie prenante, à les intégrer dans le tissu social.

L’action culturelle est un moyen d’information et d’éducation, un vecteur de formation de l’opinion qui promeut l’esprit critique. A ce titre, les arts vivants sont en ce sens d’excellents moyens de communication et d’intégration humaine et sociale. Indépendamment des messages qu’elle véhicule, l’action culturelle offre un champ d’expression et d’affirmation aux individus et aux groupes notamment les catégories les plus faibles.

La préservation des savoirs locaux est un moyen efficace de protection de l’environnement. En effet,  les populations qui ont une bonne connaissance de leur environnement physique et culturel ont su mettre en place des principes protecteurs et pacificateurs des relations Hommes/nature. Il est alors nécessaire de valoriser ces savoir-faire endogènes pour protéger l’environnement.

De même, la culture contribue au renforcement de l’éducation environnementale et à l’écocitoyenneté en sensibilisant les populations à travers le théâtre, le cinéma, la chanson, le conte, etc.

La sagesse africaine n’enseigne-t-elle pas que « nous n’héritons pas des terres de nos ancêtres, nous les empruntons à nos enfants». Une sagesse qui donne tout le sens à  l’équité intergénérationnelle promue par le développement durable.

Les contes africains, de même que les chartes de constitution des sociétés traditionnelles africaines, accordent une place centrale à la protection de l’environnement.

 Les enjeux  politiques de l’économie de la culture

Le rayonnement international du Burkina Faso est dû, en grande partie, à sa politique internationale et à son leadership culturel. En effet, le dynamisme des acteurs culturels a permis de développer des événements culturels de renommée internationale qui confirment le leadership du pays en matière de culture. Cependant, les biens et services culturels demeurent encore peu compétitifs en raison du faible développement des différents maillons de la chaîne de production. Pour maintenir et consolider son leadership culturel, le Burkina Faso doit impérativement soutenir le développement de l’économie de la culture.

La survie du Burkina Faso en tant que Nation se trouve menacée, en raison de la mondialisation/globalisation et la tendance à la standardisation des normes et valeurs d’inspiration occidentale qui constituent des dangers potentiels pour les peuples et nations économiquement fragiles. La protection des identités et du patrimoine culturels est une condition de survie de la spécificité, de l’histoire et de la société burkinabè. 

Au vu des enjeux et du niveau actuel de l’économie de la culture au Burkina Faso, il incombe aux différents acteurs d’œuvrer à la structuration et au développement de l’économie de la culture pour une plus grande contribution au développement durable.

Cela passe par la consolidation du cadre réglementaire et institutionnel des industries culturelles et créatives, le renforcement des capacités des entrepreneurs culturels, l’amélioration de l’accès au financement, le développement des infrastructures et des investissements, la promotion de la compétitive et l’innovation, le développement des  marchés internes et externes, ainsi que la dynamisation de la coopération en matière de culture.

 

MINISTERE DE LA CULTURE ET DU TOURISME

Print Friendly, PDF & Email

Articles Recommandés

Soutien aux martyrs et aux blessés de l’Insurrection d’octobre 2014 et de la résistance populaire de septembre 2015: les mesures gouvernementales se concrétisent

Sig-Burkina

Visites dans les médias: Le ministre Rémis DANDJINOU à Salankoloto, Horizon FM et Femina FM

Sig-Burkina

Arrêté portant énumération des éléments de la structure de prix du Gaz Butane et fixation de ses prix

Sig-Burkina

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus...

Recommended
Le Premier ministre, Beyon Luc Adolphe TIAO, a rencontré le…