Coopération internationale : Œuvrer pour un meilleur développement du Sahel

Une délégation de haut niveau, composée du Secrétaire général de l’Organisation des nations unies (ONU), Ban Ki-Moon, des Présidents de la Banque mondiale, Jim Yong Kim, de la Banque africaine de développement (BAD), Donald Kaberuka, de la Commission de l’Union africaine, Nkosazana D. Zuma et du  Commissaire au développement de l’Union européenne, Andris Piebalgs a eu une série de rencontre avec des autorités burkinabè, le  o7 novembre 2013, à Ouagadougou. Au menu des échanges, le développement de la sous région sahélienne.

Le Conseil de sécurité des Nations unies, à travers la résolution 2056 (2012), a mis en place une Stratégie intégrée pour la région du Sahel.  C’est pour recueillir les suggestions et les recommandations des pays concernés par  cette stratégie que s’est tenue la rencontre de la délégation internationale avec le gouvernement du Burkina Faso. Cette nouvelle Stratégie, axée sur trois objectifs majeurs, vise à relever les défis politiques, sécuritaires, alimentaires et sociaux dans les pays du Sahel, par notamment, le renforcement des moyens nationaux de lutte contre le terrorisme et la criminalité transnationale, le renforcement des institutions nationales, des capacités des Etats, des moyens de subsistances durables et l’appui à la sécurité des communautés  et la cohésion sociale.

Selon le Premier ministre du Burkina Faso, Luc Adolphe Tiao, la Stratégie intégrée pour le Sahel trouvera un environnement  politico institutionnel très favorable au Burkina Faso qui a déjà engrangé des acquis en matière de démocratie, de respect des droits humains, de sécurité, de paix, de gouvernance et de développement durable.  De son avis, la Stratégie de croissance accélérée et de développement, initiée par le Burkina Faso, apportera une réponse globale aux objectifs de la Stratégie des Nations unies pour la Sahel.

Pour le ministre de l’Economie et des finances du Burkina Faso, Lucien Marie Noël Bembamba, les grands défis du Burkina Faso sont entres autres la gouvernance locale, la promotion du développement économique et social en particulier les secteurs de l’agriculture et de l’élevage, l’intensification du réseau routier et de l’énergie, l’emploi des jeunes, la santé et l’éducation. Le Burkina Faso,  a-t-il affirmé, est disposé à la transparence dans la gestion et le contrôle financier et à la réalisation des Objectifs du millénaire pour le développement.

Le ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération du Burkina Faso, Djibril Yipènè  Bassolet,  a lancé un appel aux Partenaires techniques et financiers à accompagner le Mali dans sa reconstruction car la stabilité du Mali est essentielle pour celle de la sous région sahélienne.

Les différents responsables de la délégation ont promis un accroissement des appuis au Burkina Faso pour son développement.

Selon Ban Ki-Moon, il n’y a pas de développement sans paix et le  développement ne peut durer sans la paix. Il a ajouté que les Nations unies s’engagent à renforcer les efforts en faveur d’une gouvernance inclusive à toute la région.

Le Président de la Banque mondiale a promis 1,5 milliards de dollars supplémentaires pour le Sahel.

La BAD et l’Union européenne entendent également augmenter leurs fonds pour la stabilité et le développement de la région.

La délégation qui est déjà passée par le Mali et le Niger a été reçue en audience par le Président du Faso, Blaise Compaoré, avant de mettre le cap sur le Tchad, dernière étape de la tournée de la délégation dans la région du Sahel.

Le Service d’Information du Gouvernement         

Print Friendly, PDF & Email

Articles Recommandés

La régulation et l’économie des télécommunications au centre d’une conférence à Ouagadougou

Sig-Burkina

Arrondissement N°4 de Ouagadougou – Faible affluence à la mi-journée

Sig-Burkina

Magazine numérique numéro 1 du Service d’information du gouvernement

Adams OUEDRAOGO

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus...

Recommended
Le Conseil des ministres s’est tenu le mercredi 06 novembre…