Flash Info
prev next

à La Une »

Vœux de nouvel an : la Primature sacrifie à la tradition

6 janvier 2020 – 16 h 16 min Commentaires fermés sur Vœux de nouvel an : la Primature sacrifie à la tradition | 2 330 views

Le personnel de la Primature a présenté ses vœux de nouvel an au Premier Ministre son Excellence Monsieur Christophe Joseph Marie DABIRE ce lundi 06 janvier 2020 à Ouagadougou. Les collaborateurs du Chef du Gouvernement …

Lire l'article »
Actualités

Grands dossiers gouvernementaux

Chronique du Gouvernement

Chronique du Gouvernement du Burkina Faso

Conseil des Ministres

Ordre du jour et compte Rendu du conseil des Ministres

Les communiqués gouvernementaux

Les communiqués venant du SIG.

Le calendrier gouvernemental

Suivi de l’ensemble des activités gouvernementales.

Acceuil » Actualités, Reportage

9ème Universités africaine de la communication de Ouagadougou : Communication et démocratie, redevables l’une de l’autre

Soumis par par 21 novembre 2013 – 19 h 18 minPas de commentaire | 4 093 views

La communication introductive de la 9ème édition des Universités africaines de la communication a été animée, le 21 novembre 2013, par le Pr Serges Théophile Balima. Le spécialiste de la communication a décrit la corrélation entre la communication, la  paix  et la démocratie en Afrique.

 Le développement des médias et de la recherche sur la communication entraînent de nos jours la multiplication des réflexions  sur la démocratie en Afrique. Selon le Pr Serges Théophile Balima, les tendances de violence en Afrique s’expliquent très souvent par le manque d’information, les  niveaux d’éducation, la connaissance insuffisante de la culture de l’autre, l’ignorance des droits et des devoirs fondamentaux des personnes et l’incapacité d’exercer des droits. De son avis, le thème des 9ème UACO, « Communication, paix et démocratie en Afrique » et très évocateur et les débats devront  offrir deux axes de réflexion.

La premier axe doit prendre en compte a-t-il indique la question de savoir : quelle communication  pour la promotion de la paix et de la justice ? Pour le conférencier, communiquer publiquement pour la paix, c’est d’abord un acte de volonté politique. Il s’agit de mobiliser les moyens idéals de diffusion pour véhiculer les messages et encourager les comportements exemplaires de nature à promouvoir une culture de la paix, à créer un environnement propice au développement durable. Dans ce contexte, a-t-il ajouté,  les médias doivent  assumer d’importantes fonctions pour la justice socioéconomique, politique et culturelle en défendant des valeurs se rapportant à la tolérance, à la démocratie participative, à la bonne gouvernance, à la justice sociale et au respect des droits de l’homme. Cependant, il a affirmé que la contribution des médias pour un environnement pacifique dépend du contexte sociopolitique des pays concernés car des blocages pour la paix peuvent provenir, au niveau national, par  entre autres les échecs des efforts déployés pour les consensus politiques, le faible niveau de participation populaire aux programmes et efforts politique et institutionnelle ; la marginalisation de masses importantes de la population et du niveau international par  la manipulation des médias transnationaux menacés par les lois du marché et des calculs géopolitiques.

Pour le deuxième point, le Pr Balima a penché sur la question comment consolider la paix sociale par la démocratie et la communication ? Il a estimé que les gouvernements doivent  mettre les moyens à la disposition des citoyens pour exprimer leurs avis et peser dans les décisions qui les concernent pour une démocratie participative. Il faut, de son avis, promouvoir la participation citoyenne qui est forcement liée au droit d’accès à l’information juste et équitable afin que les médias exercent leur rôle politique, c’est-à-dire, influencer  l’évolution des rapports de forces en société. Le Pr Balima a défini  la paix comme un ensemble de valeurs, d’attitudes, de comportements  qui rejette la violence et les conflits en s’attaquant à leurs racines dans le dialogue et la négociation entre des groupes et des Etats. Pour que la paix et la non violence prévalent, il faut, selon lui,  agir sur les consciences, sur l’esprit et les comportements des citoyens. L’apport de la communication est donc essentiel pour cette consolidation et les responsables politiques doivent développer une culture de l’écoute, le respect de tous les droits de la personne humaine, la libre circulation des idées, des opinions de l’information et des connaissances ainsi que la promotion de la sécurité, a-t-il dit.

                                                             Service d’Information du Gouvernement          

Print Friendly, PDF & Email

Plus d'articles:

izmir web tasarim genital estetik