DECLARATION DE MONSIEUR LE MINISTRE DE LA COMMUNICATION A L’OCCASION DE LA JOURNEE MONDIALE DE LA LIBERTE DE LA PRESSE

DECLARATION DE MONSIEUR LE MINISTRE DE LA COMMUNICATION A L’OCCASION DE LA JOURNEE MONDIALE DE LA LIBERTE DE LA PRESSE

—————————————————————————————————————–

Mesdames et Messieurs les journalistes ;

Promotrices et Promoteurs du secteur des médias.

La journée mondiale de la liberté de la presse m’offre l’opportunité de rendre un vibrant hommage aux femmes et aux hommes qui travaillent sans répit pour informer les populations des évènements qui surviennent de par le monde parfois au péril de leur vie.

Je voudrais saisir l’occasion de cette célébration pour saluer la mémoire de toutes celles et tous ceux, intrépides soldats de la défense de la liberté sont tombés en menant ce noble combat.

C’est en leur honneur que la journée mondiale de la liberté de la presse a été instituée le 03 mai 1991 lors de la conférence de Windhoek en Namibie sous l’égide de l’UNESCO et du Département de l’information des Nations Unies.

Cette journée est donc un devoir de mémoire mais aussi un moment privilégié pour rappeler les principes fondamentaux de la liberté de presse qui ne peut s’exercer pleinement sans un sens de responsabilité du journaliste et de son respect des règles éthiques et déontologiques.

« La liberté des médias a le pouvoir de transformer les sociétés ».  C’est le thème très pertinent retenu pour 2012 et qui interpelle à la fois  les acteurs  politiques, économiques et sociaux.

C’est pour moi l’occasion de saluer une fois encore la vitalité de la presse burkinabè dont le travail quotidien contribue sans aucun doute à la consolidation de la démocratie et au renforcement de la gouvernance sous tous ses aspects.

L’adhésion des populations aux politiques publiques est un préalable nécessaire à leur succès. Le rôle des médias apparaît incontournable à cet égard. C’est pourquoi le gouvernement poursuivra ses efforts pour le meilleur accompagnement possible des médias.

Nous poursuivrons la réflexion et les concertations avec tous les acteurs du secteur notamment autour des préoccupations relatives au statut de l’entreprise de presse mais aussi de la mise en œuvre de la convention collective.

La relecture des textes régissant les medias pour consacrer la suppression des peines privatives de liberté et le libre accès aux sources de l’information publique permettra d’améliorer le cadre normatif de l’exercice de la profession.

J’ai la conviction que si nous nous engageons tous avec détermination dans une vision convergente du développement de la presse, la liberté des médias sera renforcée afin qu’ils aient le pouvoir de transformer davantage et qualitativement la société burkinabè.

Bonne fête à toutes et à tous.

Alain Edouard TRAORE

Print Friendly, PDF & Email

Articles Recommandés

Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 03 mai 2017

Sig-Burkina

Message du ministre en charge de la Femme à l’occasion de la commémoration de la journée internationale de la jeune fille

Sig-Burkina

GOUV. ACTIONS du 09 au 14 juillet 2018 : La route Banfora/Frontière de la Côte d’Ivoire inaugurée

Sig-Burkina

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus...

Recommended
Le conseil des ministres s’est tenu le mercredi 25 avril 2012 en…