Flash Info
prev next

à La Une »

Vœux de nouvel an : la Primature sacrifie à la tradition

6 janvier 2020 – 16 h 16 min Commentaires fermés sur Vœux de nouvel an : la Primature sacrifie à la tradition | 786 views

Le personnel de la Primature a présenté ses vœux de nouvel an au Premier Ministre son Excellence Monsieur Christophe Joseph Marie DABIRE ce lundi 06 janvier 2020 à Ouagadougou. Les collaborateurs du Chef du Gouvernement …

Lire l'article »
Actualités

Grands dossiers gouvernementaux

Chronique du Gouvernement

Chronique du Gouvernement du Burkina Faso

Conseil des Ministres

Ordre du jour et compte Rendu du conseil des Ministres

Les communiqués gouvernementaux

Les communiqués venant du SIG.

Le calendrier gouvernemental

Suivi de l’ensemble des activités gouvernementales.

Acceuil » à La Une, Actualités, Chronique du Gouvernement

Maison de la culture : Un complexe digne d’une capitale culturelle

Soumis par par 14 mars 2012 – 8 h 01 minPas de commentaire | 3 824 views

Bobo-Dioulasso, la capitale économique du Burkina Faso et seconde agglomération du pays, souffrait depuis longtemps, d’un manque d’infrastructures d’accueil de conférences et de spectacles de haut niveau. Conséquence, toutes les grandes rencontres internationales se concentraient à Ouagadougou, la capitale, forte de ses infrastructures, tant au niveau du Centre International de Conférences de Ouaga 2000 qu’au niveau des grands hôtels. On comprend alors aisément la difficulté à décentraliser certaines grandes rencontres à Bobo-Dioulasso faute d’un site d’accueil digne de ce nom.

Infrastructure de référence pour rencontres et spectacles

Bobo-Dioulasso est également la capitale culturelle du pays des hommes intègres, en référence à la biennale artistique et culturelle qu’est la Semaine Nationale de la Culture (SNC) dont le Secrétariat Permanent y est implanté. A ce titre, la cité se doit d’accroître l’offre de produits culturels pour davantage mériter cette seconde appellation. Quand on sait que la culture contribue à la croissance et au développement et que le tourisme d’affaires tout comme le tourisme culturel sont des créneaux porteurs auxquels Bobo-Dioulasso et ses environs offrent un terreau fertile, il fallait un investissement conséquent à même de stimuler l’émergence de ce pôle culturel.

Ajoutons à la Semaine Nationale de la Culture (SNC) l’implantation en cours du Centre Régional pour la Promotion des Arts Vivants en Afrique, voulu par le Gouvernement et acceptée par l’UNESCO. Ce Centre a comme objectif premier de «Promouvoir les arts vivants africains dans leur diversité, en prenant en compte toutes leurs potentialités créatrices, et en encourageant les échanges et la coopération entre pays africains». Le Centre Régional consolide la vocation culturelle de Bobo en lui ajoutant cette dimension internationale qui lui manquait tant.

Par ailleurs, à l’image de la capitale qui a vu naître et grandir des manifestations artistiques et culturelles de dimension internationale et concomitamment des infrastructures d’accueil à leurs dimensions, Bobo-Dioulasso devrait alors favoriser l’émergence et voir grandir des manifestions qui s’inspireront de celles devenues une marque déposée à Ouagadougou, comme le FESPACO, le SIAO, le SITHO, les KUNDE et récemment les KORA, pour ne citer que celles-là. Dès lors, il plaira à n’en pas douter aux plus hautes autorités d’organiser un jour à Sya, un Sommet des Chefs d’Etats, puisse-t-il être celui de l’Union Africaine ou d’autres organisations sous-régionales comme l’UEMOA ou la CEDEAO, et nous en passons. Pour en arriver là, il fallait ériger des infrastructures à la dimension d’une telle ambition, vu qu’en la matière et pendant longtemps, Bobo-Dioulasso a véritablement marqué le pas.

La commémoration du cinquantenaire de notre indépendance à Sya fut l’occasion de remédier à cette insuffisance. Ainsi naquit le projet de la Maison de la Culture de Bobo-Dioulasso devenu aujourd’hui une réalité tangible. Le joyau qui trône fièrement sur le Rond Point de Dafra, site choisi en concertation avec l’autorité communale, est ce complexe polyvalent tant attendu.

Un effort financier exceptionnel de l’Etat

Pour financer la construction de cet imposant édifice, le gouvernement, sur budget de l’Etat, n’a pas hésité à lancer un concours architectural puis débloquer la somme de six milliards six cent trente millions trente et un mille quatre cent soixante dix neuf francs CFA (6.630.031.479)FCFA.

Les travaux ont démarré le 30 mai 2009, pour un délai d’exécution de 10 mois, avec comme date de livraison initiale le 30 mars 2010. Il y avait de quoi faire rêver plus d’un, car avec cette échéance, les spectacles de la Semaine Nationale de la Culture (SNC) Bobo 2010, dans sa première programmation allaient inaugurer ce temple de la culture. Mais, Hélas ! Les choses en furent autrement.

Le Ministère de la Culture et du Tourisme qui est le maître d’ouvrage des travaux, a délégué la réalisation au Bureau d’Appui à la Maîtrise d’ouvrage (BAMO), une structure relevant du Premier Ministère.

Le BAMO assure le paiement des décomptes des différents intervenants. Le suivi technique sur le chantier est assuré par le Ministère de l’Habitat et de l’Urbanisme par l’entremise de la Direction Générale de l’Architecture et de la Construction, tandis que le Cabinet d’architecture CARURE qui a remporté le concours architectural en est le maître d’œuvre. A ce titre, il coordonne et supervise les travaux sur le chantier et établi des rapports périodiques sur le niveau d’exécution physique et financière.

Une architecture en harmonie avec l’environnement culturel

La Maison de la Culture de Bobo-Dioulasso est une bâtisse magnifique se présentant sous forme de cercle et de coupole.

Ces figures respectent l’esprit de l’architecture traditionnelle du Burkina Faso. Elles permettent d’obtenir harmonie entre forme et fonction.

C’est l’expression de l’unité, de la solidarité, de la convivialité, du partage et de la recherche de l’intérêt général. L’architecture prend également en compte des motifs africains traduisant le lien entre traditionalisme et modernité. Les motifs inscrits sur la base de la coupole évoquent la coiffure traditionnelle des chefs coutumiers. L’Etat qui est au sommet est responsable du dialogue constructif pour le développement de la Nation. Sur la façade principale, les hommes stylisés qui se donnent la main appellent à l’unité de cette même Nation, tandis que les deux jets d’eau symbolisent l’eau de bienvenue offerte à l’étranger dans le respect de la tradition.

Un disponible de 2300 places

Le complexe s’articule autour d’une salle de conférences et de spectacles climatisée de 1500 places assises. Les sièges sont munis d’écritoire, dont 79 en VIP.

Cette salle est équipée d’éclairage de scène pour l’évènementiel, une sonorisation, un vidéo projecteur, des équipements de traduction simultanée, de traitement acoustique tous azimuts et de systèmes de sécurité/incendie.

En annexe, il y a 03 salles de commissions de 200 places chacune, soit un total de 600 chaises, assorties de toutes les commodités y compris un réseau informatique. A cela s’ajoutent un salon VIP, deux autres salles de commissions de 100 places chacune avec tables, une salle coulisse pour artistes, 05 bureaux pour l’administration, une cafétéria et des locaux techniques. L’ensemble comprend également un autocommutateur et une vidéo surveillance.

A l’extérieur, en plus de la clôture décorative et des guérites visibles de loin, il y a des guichets, deux blocs de toilettes, deux esplanades et des circulations pavées, des espaces verts, des parkings et un groupe électrogène.

Apres un long retard, le chantier est prêt

Evidemment, il n’a pas été possible d’achever un tel monument en dix mois, eu égard à sa complexité. Les travaux divisés en 04 lots ont été respectivement exécutés par l’entreprise DE SIMONE pour les lots 1- (gros œuvre, plomberie sanitaire, protection incendie, revêtement) et 2- (électricité, climatisation-ventilation, sonorisation, vidéo projection, éclairage).

FASO CONSTRUCTION ET SERVICES pour le lot 3 (mobilier pour l’équipement) et Le Groupement MAVICO-KANAZOE et Frères pour le lot 4 (ouvrages annexes, pavage et espaces verts).

La disponibilité de certaines composantes des lots 1 et 2, telle que la charpente couverture, dépendait de commandes venant de l’étranger. Des retards de livraison ont fini par handicaper sérieusement le chantier.

A cela, il faut ajouter des difficultés de dédouanement et de paiement de certaines sous-traitances qui ont retardé le chantier. Les multiples arrêts inhérents à cette situation ont évidemment occasionné un grand retard (24 mois).

Suite à la première visite du Premier Ministre en juillet 2011, un ultimatum a été adressé à l’entreprise DE SIMONE pour l’achèvement des travaux des lots 1 et 2 avant fin octobre de la même année.  Malheureusement, à la seconde visite en novembre 2011, le chantier était toujours balbutiant, avec une absence notoire d’un répondant fiable de cette entreprise sur le chantier.

Les travaux était quasiment au point mort depuis fin septembre 2011, avec un taux d’exécution de 91% et 65% pour les lots 1 et 2.

Le lot 4 (exécuté à 100%) avait déjà fait l’objet d’une réception provisoire en début septembre. Quant au le lot 3 (exécuté à 80%), il restait tributaire de la fin des travaux des lots 1 et 2, compte tenu du fait que l’ensemble du mobilier était disponible à Bobo-Dioulasso depuis belle lurette.

C’est en toute légitimité que le conseil des Ministres en sa séance du mercredi 30 novembre 2011 a décidé de la mise en régie du chantier (l’administration traitant directement avec les sous traitants) en vue d’une meilleure maîtrise de la conduite des travaux et des délais d’exécution, seul gage pour que l’infrastructure soit disponible pour les manifestations de la 16ème édition de la Semaine national de la Culture prévue du 24 au 31 mars 2012.  C’est un pari réussi puisque la livraison de l’édifice est prévue pour le 10 mars 2012 et son inauguration interviendra le samedi 24 mars 2012 à partir de 10H30 mn par SEM le Premier Ministre, Luc Adolphe TIAO.

Le Ministère de la Culture et du Tourisme

Print Friendly, PDF & Email

Plus d'articles:

izmir web tasarim genital estetik