Flash Info
prev next

à La Une »

Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 20 novembre 2019

20 novembre 2019 – 16 h 41 min Pas de Commentaire | 394 views

Le Conseil des ministres s’est tenu à Ouagadougou,
le mercredi 20 novembre 2019,
en séance ordinaire, de 09 H 15 mn à 14 H 15 mn,
sous la présidence de
Son Excellence Monsieur Christophe Joseph Marie DABIRE,
Premier ministre, Chef …

Lire l'article »
Actualités

Grands dossiers gouvernementaux

Chronique du Gouvernement

Chronique du Gouvernement du Burkina Faso

Conseil des Ministres

Ordre du jour et compte Rendu du conseil des Ministres

Les communiqués gouvernementaux

Les communiqués venant du SIG.

Le calendrier gouvernemental

Suivi de l’ensemble des activités gouvernementales.

Acceuil » Actualités, UACO 2011

Discours de clôture de Madame Béatrice DAMIBA Présidente du Conseil Supérieur de la Communication (CSC)

Soumis par par 13 décembre 2011 – 17 h 22 minPas de commentaire | 2 962 views

 –       Monsieur le ministre des A.E.C.R., parrain de la séance spéciale ;

–       Monsieur le ministre des transports et de l’économie numérique

–       MM les ministres de l’agriculture et de l’hydraulique, de la Fonction publique, du travail et de la sécurité sociale, des enseignements secondaire et supérieur, en charge du Budget ;

–       Monsieur le parrain des UACO 2011 ;

–       Monsieur Jean Guion, le président de l’Alliance francophone

–       Mesdames et messieurs les membres du comité d’orientation et du comité d’organisation

–       Distingués invités

–       Mesdames et Messieurs les participants

 Après trois jours d’intenses réflexions sur les thèmes inscrits à l’ordre du jour de la 8ème édition des Universités  Africaines de la Communication de Ouagadougou (UACO), nous voici au terme de nos travaux.

En l’absence du ministre de la communication, président exécutif de ce grand événement, occupé à d’autres importantes taches de sa charge à la veille de la commémoration de l’indépendance de notre pays, il m’échoit de prononcer les mots de clôture.

Ainsi que le pressentait déjà le Premier Ministre, dans son allocution d’ouverture, les résultats de nos réflexions vont au-delà de nos attentes. Comment pouvait-il en être autrement, au regard de la qualité exceptionnelle des communications et des débats à cette édition ?

Des conclusions de nos travaux, telles qu’elles viennent d’être déclinées dans le rapport de synthèse, je retiens pour ma part que les mutations technologiques nous exposent à des défis multiformes dont en particulier ceux tenant, entre autres, aux renforcements des capacités humaines, financières et matérielles pour réduire la fracture numérique entre l’Afrique et les pays développés et rattraper le train de la révolution technologique en marche.

Ce que me suggèrent les recommandations m’est inspiré largement d’un mot de monsieur Jacques Attali, qui a énoncé l’idée que désormais « les problèmes de tous sont les problèmes de chacun, et les problèmes de chacun sont les problèmes de tous ».

C’est dans cet élan de solidarité, face aux défis communs auxquels nous exposent les mutations technologiques, que des personnalités venues d’Afrique, d’Europe et du Canada, ont accepté de s’associer à nous, trois jours durant, dans de riches échanges sur plus d’une vingtaine de thèmes traités, sans compter les entretiens avec les étudiants dans les instituts de formation, les déjeuners et diners de travail, les visites de terrain et j’en passe ! La session spéciale de ce matin a, pour finir, permis un voyage dans le douloureux et tout récent passé vécu par notre peuple mais dont il en est sorti grandi parce qu’il est fondamentalement attaché aux valeurs de paix et de cohésion sociale.

Les vertus de la communication ont pu ainsi être revalorisées. Le blog du Président du Faso qui vient de nous être présenté un plongeon du premier magistrat du pays au cœur des TIC qui offrent, comme nous l’avons reconnu, de nombreuses opportunités  dans les différentes dimensions du développement.

De même, les problèmes  du traitement de l’information, de l’éthique, de la déontologie  et de la régulation des contenus à l’heure de la convergence numérique ont été abordés en profondeur.

Une de nos préoccupations a par ailleurs porté sur les médias et la transition numérique. Cette échéance technologique majeure, au regard du coût des investissements à réaliser, se révèle être un véritable challenge pour nos Etats, déjà fragiles par la multiplicité des priorités, si caractéristiques des pays en développement.

 Distingués invités,

Sous bien des angles, vous nous avez aidés dans l’approche des différentes problématiques qu’exposent les mutations technologiques tant aux plans économique, politique, culturel que professionnel. Feu le président sénégalais Léopold Sédar Senghor reprochait aux Africains de croire en la magie du verbe. Non pas que le célèbre poète ne croyait pas lui-même en la magie du verbe dont procédait son art qu’était la poésie, mais il invitait plutôt les Africains à allier le verbe à l’action. C’est pourquoi, je veux espérer que les résultats de nos travaux seront capitalisés par les Etats dans la conduite de leurs stratégies de développement.

 Mesdames et Messieurs,

Les UACO marquent, à partir de cette édition, un nouveau virage. Outre leur biennalisation nous veillerons à consolider leurs assises par un cadre règlementaire et institutionnel approprié, pour en faire une plate-forme scientifique majeure, à la hauteur de l’envergure que nous voulons donner à ce RDV désormais inscrit à l’avance dans nos agendas.

Je voudrais par conséquent, au nom des plus hautes autorités de notre pays, remercier toutes les bonnes volontés dont les contributions multiformes ont permis l’organisation de la 8ème édition des UACO. Je pense en particulier à l’Organisation Internationale de la Francophonie, au Président de l’Autorité de régulation des Communications Electroniques et des Postes, parrain de l’édition, à Monsieur Jean GUION, Président de l’Alliance Francophone, à nos amis et collègues de plusieurs pays africains ainsi qu’à nos partenaires du Nord et à toutes les sociétés du secteur de la communication et les instituts de formation.

L’on peut affirmer que les UACO ont pris une nouvelle envergure et un nouvel envol.

Mes chaleureuses félicitations à tous ceux qui n’ont ménagé aucun effort tout au long des préparatifs de la présente édition relookée et donc exigeante.

Rendez-vous est pris pour la 9ème édition, prévue du mercredi 20 au samedi 23 novembre 2013.

Je vous souhaite à tous et à toutes un bon retour dans vos bases et pays respectifs, vous dis au revoir et à bientôt et déclare close, la 8ème édition des Universités Africaines de la Communication de Ouagadougou.

                                                                                   Je vous remercie

Print Friendly, PDF & Email

Plus d'articles:

izmir web tasarim genital estetik