à La Une »

Communiqué : Décès du Docteur Salifou DIALLO, Président de l’Assemblée nationale du Burkina Faso

19 août 2017 – 7 h 31 min Pas de Commentaire | 142 views

 Le Gouvernement burkinabè a le regret de vous annoncer le décès de son Excellence Salifou DIALLO, Président de l’Assemblée Nationale.
Décès survenu ce jour 19 août 2017 à Paris en France.
Le gouvernement présente ses condoléances à …

Lire l'article »
Actualités

Grands dossiers gouvernementaux

Chronique du Gouvernement

Chronique du Gouvernement du Burkina Faso

Conseil des Ministres

Ordre du jour et compte Rendu du conseil des Ministres

Les communiqués gouvernementaux

Les communiqués venant du SIG.

Le calendrier gouvernemental

Suivi de l’ensemble des activités gouvernementales.

Acceuil » Actualités, Les communiqués gouvernementaux, Reportage

Universités publiques du Burkina : vers la normalisation des années académiques

Soumis par par 30 juillet 2017 – 21 h 18 minPas de commentaire | 156 views

DSC_0224Ouagadougou a abrité, du 27 au 29 juillet 2017, la concertation sur la résorption des retards et des chevauchements des années académiques dans les universités publiques du Burkina. Cette rencontre de trois jours a permis aux différents acteurs du monde universitaire de faire le diagnostic sur les universités publiques en vue de trouver des solutions aux problèmes que connaissent ces universités. La cérémonie de clôture de ladite concertation a eu lieu le samedi 27 juillet 2017, à l’Institut des sciences (IDS) en présence du ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation.

Rechercher des stratégies pour la résorption des retards et des chevauchements des années académiques dans les universités publiques du Burkina, tel était l’objectif de la concertation des différents acteurs du monde universitaire, les 27, 28 et 29 juillet 2017, à l’Institut des sciences (IDS). Durant ces trois jours de réflexion, les acteurs du monde universitaire ont passé en revue les maux qui minent les universités publiques de notre pays et proposé des solutions. Comme solutions, il ressort entre autres, la nécessité de diligenter des mesures d’accompagnement liées à la location et à la construction des salles de cour, la nécessité de respecter les délais de correction des copies et de délibération, la nécessité de résorber des retards afin de permettre aux niveaux bacheliers d’effectuer leur entrée en octobre 2017, simultanément avec les anciens, la nécessité d’améliorer la connexion internet là où elle existe et de la rendre possible là où elle n’existe pas. Par ailleurs, un appel pressant est lancé au gouvernement pour un meilleur accompagnement des institutions publiques d’enseignement supérieur du Burkina.

Pour le ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation, Dr Alkassoum MAIGA, qui a présidé la clôture de la concertation, c’est une rencontre historique « parce que pour une fois de plus la chaine de décision de l’enseignement supérieur a décidé d’elle-même d’être en retrait pour faire en sorte que les acteurs de terrain puissent se parler avec l’assistance des personnes ressources triées sur le volet en fonction de leur niveau d’engagement pour l’enseignement supérieur, en fonction de leurs hauts faits dans le domaine». Selon la Directrice générale de l’enseignement supérieur, Bintou SESSOUMA, cette rencontre a permis à tous les participants de faire leur diagnostic sans complaisance, en toute liberté et en toute indépendance, en n’occultant aucune sphère de vérité. « Nous sommes totalement satisfaits du déroulement des travaux, parce ce que ce n’était pas gagné d’avance qu’on puisse rassembler tous les acteurs de l’enseignement supérieur. C’est déjà une grande victoire pour nous », a indiqué le ministre, avant de s’excuser auprès de ceux dont leurs opinions ont été oubliés   involontairement. Rendez-vous est pris dans les jours à venir pour la formalisation du document final issu de cette rencontre et la mise en place d’un comité technique, composé des représentants des différents acteurs de l’enseignement supérieur pour le suivi de la mise en œuvre des différentes résolutions. C’est par une interpellation des différents acteurs politiques de la nécessité de sauver les universités publiques que le ministre en charge de l’enseignement supérieur a mis fin à la cérémonie de clôture de la concertation.

Le Service d’information du Gouvernement.

Print Friendly

Plus d'articles:

izmir web tasarim genital estetik