Flash Info
prev next

à La Une »

Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 18 septembre 2019

18 septembre 2019 – 18 h 56 min Pas de Commentaire | 5 734 views

 
 
 
 
 
 
 
 
Le Conseil des ministres s’est tenu à Ouagadougou,
le mercredi 18 septembre 2019,
en séance ordinaire, de 09 H 15 mn à 14 H 30 mn,
sous la présidence de
Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE,
Président du Faso, …

Lire l'article »
Actualités

Grands dossiers gouvernementaux

Chronique du Gouvernement

Chronique du Gouvernement du Burkina Faso

Conseil des Ministres

Ordre du jour et compte Rendu du conseil des Ministres

Les communiqués gouvernementaux

Les communiqués venant du SIG.

Le calendrier gouvernemental

Suivi de l’ensemble des activités gouvernementales.

Acceuil » à La Une, Actualités, Les communiqués gouvernementaux

Baccalauréat session de 2017 : Les épreuves officiellement lancées à Koupéla par le Ministre Alkassoum MAÏGA.

Soumis par par 21 juin 2017 – 12 h 07 minPas de commentaire | 2 433 views

DSC_0199C’est parti pour les épreuves écrites et orales du baccalauréat de la session 2017 ce mardi 20 juin 2017 sur toute l’étendue du territoire national !   Ce sont au total 75.959 candidats qui vont à la conquête du 1er diplôme universitaire. A Koupéla, où il s’est rendu, pour le lancement officiel des épreuves, le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation, le Pr Alkassoum MAÏGA accompagné du Gouverneur de la région du centre-Est, du Haut-commissaire du Kourittenga et du maire de la commune de Koupéla, a livré un message d’encouragement aux candidats ainsi qu’aux acteurs intervenant dans l’organisation de l’examen.

Après Gaoua en 2015, Manga en 2016, c’est la ville de Koupéla à 145Km de Ouagadougou, dans la région du Centre-Est, qui a accueilli le lancement officiel des épreuves écrites et orales du baccalauréat de la session 2017.

Arrivé aux environs de 6H45mn à Koupéla, le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation le Pr Alkassoum MAÏGA et la délégation qui l’accompagnait ont été accueillis à l’entrée de la ville par le Gouverneur de la région du centre Est Antoine OUEDRAOGO, le Haut-Commissaire de la province du Kourittenga Auguste KINDA et le maire de la commune de Koupéla Simplice DAMBRE.

Accompagné des autorités locales, le Ministre s’est rendu au centre d’examen du lycée provincial Kourita retenu pour le lancement officiel des épreuves. Le centre du lycée Kourita abrite deux jurys pour 560 candidats qui composent dans les séries A4, A5 et  D.

Le ministre s’est d’abord entretenu avec les examinateurs notamment le président du centre et les présidents de jury. Il les a félicités et les a encouragés à prendre toutes les précautions afin d’éviter les maladresses dans l’administration des épreuves.

Les autorités ont ensuite visité quelques salles de composition et ont prodigué des encouragements aux candidats. « C’est juste une évaluation. Ce n’est pas un concours. On vous demandera ce que vous avez appris au cours de l’année scolaire. Ne vous précipitez pas. Prenez le temps de bien lire les sujets. Et puis, si vous faites de très bons résultats au bac, vous augmentez la chance à votre région d’avoir une université ». Avant de leur souhaiter une bonne chance, le ministre MAIGA a exhorté chaque candidat à se départir des comportements déviants.

Malgré l’angoisse qui était perceptible sur les visages, la plupart des candidats ont déclaré être confiants. Les candidats n’ont pas manqué de saluer le passage des autorités surtout la présence du ministre en charge de l’enseignement supérieur. « La visite des autorités nous réconforte beaucoup », ont laissé entendre les uns et les autres.

Puis, arrive l’heure de la première épreuve. Dans la salle de composition de série D où se trouvaient les autorités, l’attention des candidats était au summum. Au coup de 7H25, le ministre présenta l’enveloppe contenant la première épreuve à quelques candidats qui ont vérifié qu’elle était bel et bien fermée. Puis, à l’aide d’une paire de ciseaux, le ministre a procédé à l’ouverture de l’enveloppe. C’était l’épreuve de français à trois sujets à savoir une épreuve de dissertation, une contraction de texte et un commentaire composé. Par cet acte, le ministre venait de lancer officiellement les épreuves du bac session 2017.

Après le lycée Kourita, c’est le lycée Saint Philippe de Koupéla qui fait également office de centre d’examen qui a reçu la délégation ministérielle. Ce fut l’occasion pour les autorités de rencontrer et d’échanger avec les différents acteurs. Selon le président de jury, hormis quelques absences de candidats, aucune difficulté particulière n’était signalée au passage des autorités.DSC_0152

Du lycée Saint Philippe, le ministre et sa délégation se sont ensuite rendus dans la ville de Pouytenga à 15Km de Koupéla précisément dans les deux centres d’examen de la ville afin de s’enquérir du déroulement des épreuves.

A Zorgho, dernière étape de la tournée, la délégation ministérielle accompagnée du Haut-commissaire du Ganzourgou, a visité les centres d’examen du lycée municipal et provincial de Zorgho. Mais dans l’ensemble tout se déroule bien pour ce premier jour de l’examen. Aucun problème n’a été signalé dans les centres visités.

Faisant le bilan de sa tournée de lancement, le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation le Pr Alkassoum MAÏGA s’est réjoui de ce qu’il a constaté sur le terrain. « En ce premier jour de l’examen, j’ai pu rencontrer les acteurs et les candidats. Jusque-là, il n’a pas été signalé d’incident. C’est dire que l’organisation que nous avons mise en place donne satisfaction. Mon souhait est que le processus puisse se poursuivre ainsi afin de nous garantir de bons résultats » a dit  le ministre.

Pour cette session 2017, ce sont au total 75 959 candidats qui iront à la conquête du premier diplôme universitaire. A la session 2016, ils étaient 71 712 candidats. On note une augmentation de 4 247 candidats soit une hausse de 5,92 % de l’effectif. Les candidats composeront dans 138 centres d’examen pour 303 jurys.

Pour l’organisation, environ 26 454 acteurs sont mobilisés. Le budget alloué s’élève à quatre milliards vingt-six cinq cent quatre-vingt-seize millions sept cent cinquante mille (4 026 596 750) francs CFA.

Au plan académique, 2016-2017 a été une année relativement calme. Les activités pédagogiques se sont très bien déroulées dans l’ensemble, au grand bénéfice des apprenants. Le dialogue social qui a prévalu tout au long de l’année a permis aux différents acteurs et partenaires du système éducatif de fédérer leurs efforts dans la recherche de solutions à leurs préoccupations. Toute chose qui augure de bons résultats pour la présente session.

 

DCPM/MESRSI

Print Friendly, PDF & Email

Plus d'articles:

izmir web tasarim genital estetik