à La Une »

GOUV. ACTIONS du 17 au 21 juillet 2017

22 juillet 2017 – 18 h 10 min Pas de Commentaire | 114 views

Prennez connaissance de quelques actions du Gouvernement en image.

Lire l'article »
Actualités

Grands dossiers gouvernementaux

Chronique du Gouvernement

Chronique du Gouvernement du Burkina Faso

Conseil des Ministres

Ordre du jour et compte Rendu du conseil des Ministres

Les communiqués gouvernementaux

Les communiqués venant du SIG.

Le calendrier gouvernemental

Suivi de l’ensemble des activités gouvernementales.

Acceuil » Actualités, Documentation, Reportage

2ème rentrée fiscale de la DGI

Soumis par par 20 janvier 2017 – 15 h 56 minPas de commentaire | 524 views

029_9915_012ème rentrée fiscale de la DGI

Une conférence de presse pour faire le bilan de l’année 2016 et décliner les perspectives pour 2017.

La Direction générale des impôts a effectué sa 2ème rentrée fiscale ce vendredi 20 janvier 2017 à Ouagadougou sous le thème « L’apport de la facture normalisée dans la lutte contre la fraude et le faux pour l’accroissement optimal des recettes fiscales ». A cette occasion, il s’est tenu dans l’enceinte de ladite structure une conférence de presse animée par son Directeur général, Adama Badolo, qui avait à ses côtés ses plus proches collaborateurs et les partenaires de la structure.

Au menu des échanges avec les journalistes, le bilan de l’année 2016 et les perspectives pour l’année 2017. A en croire le Directeur général des impôts, 2016 a été une année difficile aussi bien pour les finances publiques en général que pour la fiscalité en particulier. Néanmoins les services des impôts ont joué leur partition. Pour preuve, sur une prévision de 622,94 milliards de francs CFA, 594,57 milliards de francs CFA ont été recouvrés, ce qui représente un taux de réalisation de 95,44%. Un taux qui passe à 95,84% quand on ajoute les recouvrements au niveau des collectivités territoriales.

Ces résultats tiennent, entre autres, à la mobilisation et à la détermination de l’ensemble des agents des impôts, aux mesures fiscales de la loi de finance rectificative numéro 2, au renforcement du système informatique, aux campagnes d’information et de sensibilisation et surtout à la lutte contre la fraude et le faux. Toute chose qui pourrait augurer de belles perspectives pour 2017. Une année au cours de laquelle, la direction générale des impôts a de grands défis à relever, selon son Directeur général, Adama Badolo.

En effet, selon les prévisions, les impôts devront recouvrer en tout 720,69 milliards de francs CFA, soit 126 milliards de plus qu’en 2016.

Et pour parvenir à cet objectif, la Direction générale des impôts, de l’avis de son premier responsable, compte mener un certain nombre d’actions. Il s’agit de poursuivre la mise en œuvre des mesures fiscales de la loi de finance rectificative numéro 2, notamment la taxe sur les propriétés bâties et non bâties, d’établir un partenariat avec la SONABEL et / ou l’ONEA pour améliorer le recouvrement de la taxe de résidence, d’assurer un meilleur suivi des conditions de remboursement des crédits de TVA, de renforcer les contrôles et les enquêtes fiscaux, et de poursuivre la sensibilisation des contribuables et la promotion du civisme fiscal.

Mais il est également prévu des réformes dont la plus importante est sans conteste l’opérationnalisation de la facture normalisée, pour lutter contre l’usage de faux en matière fiscale, notamment « l’usage de titres falsifiés ou inexacts dans le but de tromper et de se soustraire ainsi à l’impôt ».

Répondant aux questions des journalistes le DGI a fait le point des impôts recouvrés sur les propriétés bâties et non bâties au 31 décembre 2016. Ainsi, 1 077 propriétés imposées auraient été recensées, ce qui a permis le recouvrement de plus de 24 millions de francs CFA. Mais les journalistes se sont surtout intéressés à l’opérationnalisation de la facture normalisée, en s’assurant que la direction générale des impôts et ses partenaires, on tenu compte des éventuelles failles de la facture normalisée déjà opérationnelle dans certains pays voisins au nôtre. Une question sur laquelle le Chef du service de la gestion des factures normalisées, Auguste Okoko, s’est voulu rassurant. Il a, en effet, expliqué que les dispositions idoines ont été prises à ce niveau et que le logiciel conçu pour le Burkina est fiable.

                                                           Boukary NITIEMA/SIG

Print Friendly

Plus d'articles:

izmir web tasarim genital estetik