Flash Info
prev next

à La Une »

Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 18 juillet 2018

18 juillet 2018 – 20 h 22 min Pas de Commentaire | 2 500 views

Le Conseil des ministres s’est tenu à Ouagadougou,
le mercredi 18 juillet 2018,
en séance ordinaire, de 09 H 45 mn à 16 H 00 mn,
sous la présidence de
 Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE,
Président du Faso, …

Lire l'article »
Actualités

Grands dossiers gouvernementaux

Chronique du Gouvernement

Chronique du Gouvernement du Burkina Faso

Conseil des Ministres

Ordre du jour et compte Rendu du conseil des Ministres

Les communiqués gouvernementaux

Les communiqués venant du SIG.

Le calendrier gouvernemental

Suivi de l’ensemble des activités gouvernementales.

Acceuil » Actualités, Reportage

Point de presse du 17 mars 2016: Questions d’actualité, emploi des jeunes diplômés, santé de la femme et de l’enfant de moins de cinq ans au menu des échanges.

Soumis par par 18 mars 2016 – 11 h 27 minPas de commentaire | 2 032 views

IMG_6229Les membres du gouvernement ont à cette deuxième rencontre avec les hommes et femmes de médias, échangé sur les mesures présidentielles prises pour réduire le chômage des jeunes et pour renforcer les assises communautaires en matière de santé ainsi que la prise en charge sanitaire de la femme et des enfants de moins de cinq (05) ans.

Dans son propos, le ministre de l’éducation nationale et de l’alphabétisation Jean Martin COULIBALY, a annoncé que les mesures prises par le gouvernement visent le recrutement de 16 000 diplômés de BAC+2 pendant le quinquennat.

Pour l’année 2016, 4 200 jeunes seront recrutés et formés pendant six (06) mois avant d’être engagé sous contrat à durée déterminée d’une année renouvelable. Un pécule mensuel de 30 000 franc CFA sera reversé à chacun des candidats retenus pendant la formation et un forfait mensuel de 100 000 franc CFA pendant la durée du contrat. Monsieur Jean Martin Coulibaly évalue le coût de cette mesure à 2 800 000 000 de francs CFA pour l’année 2016 et à 4 674 000 000 de francs CFA à terme du programme. Après trois années de fonction, les candidats seront soumis à un concours spécial d’intégration dans la fonction publique du Burkina Faso.

Pour les mesures présidentielles en relation avec la santé de la femme et de l’enfant, le ministre de la santé Soumaïla OUEDRAOGO a donné les conditions et le chronogramme de la mise en œuvre desdites mesures qui se fera de façon progressive.  Le public cible vise l’enfant de moins de 05 ans, la femme enceinte, celle en âge de procréer et celle victime de la fistule obstétricale.

Le programme connaitra un démarrage effectif dans trois régions que sont le Haut- bassins, le Centre et le Sahel à compter d’avril et s’étendra sur une période de deux mois pour une phase d’évaluation. Aussi, le ministre précise que pour le mois d’Avril, seulement les CSPS, les CM et les CMA des trois régions en sus citées, seront concernés par cette mesure. En  mai, la mesure s’étendra aux CHU de Ouagadougou et de Bobo-Dioulasso, et au reste du pays à partir du mois de juin.  Le recrutement des 16 000 agents de santé à base communautaire sera effectif dès le 02 avril et mobilisera 19 200 000 000 de francs CFA pour les cinq (05) années dont 16 320 000 000 franc CFA au compte du budget de l’Etat et le reste à financer par les partenaires techniques et financiers. Chaque agent recevra une prime de 20 000 francs CFA pour assurer le service.

Monsieur le ministre de la santé a indiqué qu’à partir de l’année 2017, les collectivités contribueront pour 5000 francs CFA pour chaque agent communautaire de la localité. Il a aussi précisé que cette mesure ne va pas concerner les communes rurales à ressources limitées.

Répondant aux questions d’actualité, le ministre porte-parole du gouvernement a rappelé la position du gouvernement pour ce qui concerne les koglwéogo : « Autant il faut reconnaitre que le concours des initiatives locales de sécurité sont nécessaires pour sécuriser le territoire, autant c’est clair que force doit rester à la loi ». Pour ce qui concerne le blanchiment d’argent, il a précisé qu’au stade où nous sommes, ce ne sont que des soupçons et que vingt-sept (27) procureurs du Faso sont déjà saisis à cet effet. C’est donc à la justice de dire si les soupçons sont fondés et qui sont les contrevenants.

Le service d’information du gouvernement

Print Friendly, PDF & Email

Plus d'articles:

izmir web tasarim genital estetik