Flash Info
prev next

à La Une »

 Pont de franchissement de Djikofè : Le calvaire relève désormais du passé.

20 mai 2019 – 13 h 31 min Pas de Commentaire | 152 views

Le quartier périphérique Djikofè, dans l’arrondissement 11 de Ouagadougou a désormais son pont de franchissement. Le constat a été fait le jeudi 16 mai 2019 par notre équipe de reportage. C’est une population comblée qui …

Lire l'article »
Actualités

Grands dossiers gouvernementaux

Chronique du Gouvernement

Chronique du Gouvernement du Burkina Faso

Conseil des Ministres

Ordre du jour et compte Rendu du conseil des Ministres

Les communiqués gouvernementaux

Les communiqués venant du SIG.

Le calendrier gouvernemental

Suivi de l’ensemble des activités gouvernementales.

Acceuil » Actualités, Documentation

Célébration de la Journée Internationale de la Femme à l’Ambassade du Burkina Faso à Addis-Abeba/ Mission permanente du Burkina Faso auprès de l’Union Africaine et de la CEA.

Soumis par par 16 mars 2016 – 10 h 58 minPas de commentaire | 1 992 views

20160312_185801Célébration de la Journée Internationale  de la Femme  à  l’Ambassade du    Burkina Faso à Addis-Abeba/ Mission permanente du Burkina Faso auprès de  l’Union Africaine et de la CEA.

 Pour un accès des femmes à la terre

 Les femmes burkinabè d’Ethiopie ont célébré  en différé la Journée Internationale de la    Femme, le 12 mars 2016 dans l’enceinte de l’Ambassade du Burkina à Addis-Abeba.

 Cette célébration, placée sous le parrainage de Son excellence monsieur Amidou TOURE,  Ambassadeur, Représentant permanent du Burkina Faso a Addis-Abeba, a été un cadre  privilégié de rencontre et d’échanges, entre les femmes de la communauté burkinabè  d’Ethiopie et celles de communautés sœurs, auxquelles se sont joints d’autres amis du Burkina Faso.

En levée de rideaux des activités de cette commémoration, la projection du film « le Fauteuil » du réalisateur burkinabè Missa HEBIE. Un film qui rend hommage au courage et au leadership féminin.

A l’issue de cette séance, un panel suivi de débats sur le thème national de la journée : « Entrepreneuriat agricole des femmes : obstacles, défis, et perspectives », a été animé par M. martin LOMPO, consultant en genre et Mme Mamzotawinde BONKOUNGOU, Attachée à l’Ambassade.

Faisant référence au message de madame Laure ZONGO/HIEN, ministre de la Femme, de la Solidarité Nationale et de la Famille,a l’occasion du 8 mars, Son Excellence Monsieur l’Ambassadeur, Amidou TOURE a relevé le courage et l’abnégation des femmes du monde qui luttent quotidiennement pour être de véritablesmoteurs de développement socioéconomique de leur pays. Aussi, a-t-il rappelé la pertinence du thème au niveau national ainsi que l’initiative du panel sur ledit thème qui, dira-t-il permettra aux femmes de mener des échanges fructueux dans le sens d’une meilleure prise en compte des femmes dans l’entrepreneuriat agricole.

Il a également  salué la présence remarquée des époux, des enfants ainsi que de celle des communautés sœurs vivant à Addis-Abeba, venus célébrer avec leurs conjointes, leurs mères et leurs coépouses, cette importante Journée dédiée à la Femme.

Au terme des débats, les femmes burkinabè d’Ethiopie, voulant joindre leur voix à celle des autres femmes, ont lancé un appel aux autorités burkinabè afin que l’accès des femmes à la terre et aux sources de financements soit une réalité au Burkina Faso.

ZOROM/KABORE A. Verlaine

Attachée de presse à l’Ambassade
Mission permanente du Burkina Faso
Auprès de l’Union Africaine et de la CEA

Appel des femmes burkinabè d’Addis-Abeba

Nous, les femmes burkinabè vivant en Ethiopie, croyons que les femmes peuvent atteindre leurs rêves à travers un accès plus équitable aux intrants agricoles, des liens et canaux plus forts dans les marchés des produits agricoles, mais aussi à travers l’éducation et des formations en bonnes pratiques agricoles et de transformation de produits. Il n’est de doute que la prise en considération de ces préoccupations peut accélérer la productivité, augmenter les récoltes et les revenus ruraux qui sont à la base de la bonne qualité de la nutrition et d’une société bien nourrie.

 

Ceci afin que la « dignification » du travail de la femme rurale, de l’homme rural, soit basée sur des politiques franches, vecteurs de développement, qui appuient les activités productives, mettent à jour la technologie et l’innovation, encouragent la formalisation et la croissance des micro- petites et moyennes entreprises et leur proposent des produits de financement adéquats.  Désormais, nous devrions nous habituer à dire « entrepreneurs ruraux » au lieu de parler des « petits cultivateurs ».

                                                                      Addis-Abeba, le 12 mars 2016

 

Print Friendly, PDF & Email

Plus d'articles:

izmir web tasarim genital estetik