Flash Info
prev next

à La Une »

Coupe du Faso : Le président du Faso préside la finale de la 33e édition

25 mai 2019 – 8 h 36 min Pas de Commentaire | 91 views

Le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré présidera, ce dimanche 26 mai 2019 au Stade du 4 Août, la finale de la 33e édition de la Coupe du Faso. Cette finale opposera cette année deux clubs …

Lire l'article »
Actualités

Grands dossiers gouvernementaux

Chronique du Gouvernement

Chronique du Gouvernement du Burkina Faso

Conseil des Ministres

Ordre du jour et compte Rendu du conseil des Ministres

Les communiqués gouvernementaux

Les communiqués venant du SIG.

Le calendrier gouvernemental

Suivi de l’ensemble des activités gouvernementales.

Acceuil » à La Une, Actualités, Reportage

PROCESSUS DE TRANSITION AU BURKINA: LUC MARIUS IBRIGA FACE A LA DIASPORA DE FRANCE

Soumis par par 11 mai 2015 – 16 h 39 minPas de commentaire | 1 866 views

conférence ibriga 056La communauté burkinabè de France a pu s’imprégner, le jeudi 7 mai 2015, de la marche du processus de transition, grâce à une conférence animée par le professeur Ibriga, dans les locaux de l’ambassade du Burkina Faso à Paris. Cette conférence avait pour thème « Diagnostic de la Transition et attentes populaires au Burkina Faso », et était organisé à l’initiative du Collectif pour la Confiscation de la Démocratie.

En tant qu’intellectuel et acteur de premier plan de la contestation sociopolitique qui a abouti à l’insurrection des 30 et 31 octobre 2014, il a partagé avec  l’assistance, venue nombreuse, ses vécus et analyses de la situation nationale.

On retiendra avec Luc Marius Ibriga que ce qui s’est passé au Burkina, les 30 et 31 octobre 2014, n’est point un coup d’Etat, comme certains analystes tentent de le faire croire, mais bel et bien une insurrection populaire, à l’image de ce qui s’est passé le 3 janvier 1966, avec la chute de Maurice Yaméogo. Seulement, ici, pour ce qui concerne le régime de Blaise Compaoré, tout le monde a semblé pris de court, face à la rapidité du dénouement de la crise, avec le départ en exile des ténors du régime.

Face au vide politique, institutionnel et sécuritaire, il a fallu recourir à un trésor d’intelligence et de sagesse, pour mettre en place des institutions et mécanismes, qui, tout en complétant la Constitution, permettent d’entamer un processus transitionnel de dévolution du pouvoir par l’organisation d’élections.

Les défis de cette transition, poursuivra le conférencier, sont principalement de deux ordres : les défis liés aux attentes, et les défis liés à la gestion de l’Etat.

Au registre des attentes, les besoins de changement, et le déficit de démocratie sociale, résultant d’une polarisation des richesses par une élite au cœur du régime, ont cristallisé les mécontentements autour de l’article 37, avec pour point d’orgue le vaste mouvement populaire de fin octobre 2014. De ce fait donc, les attentes sociales sont nombreuses, et apparaissent antagoniques avec l’esprit même de la transition. Alors que les attentes sociales s’inscrivent dans la durée, la transition, elle, est encadrée dans le court terme, et n’est pas établie sur la base d’un programme sociopolitique.

Si les attentes sociales sont immenses, les attentes de la communauté internationales, elles,  sont bien claires : la transition doit tenir ses délais, elle n’est pas là pour résoudre le long terme, sa mission étant d’organiser les élections.

Face à cette situation, la Commission nationale de la Réconciliation et des Réformes a un rôle majeur à jouer, en posant les balises pour une gouvernance politique, sociale économique et institutionnelle vertueuse qui engagera l’ensemble des acteurs nationaux. Là-dessus, Luc Marius Ibriga a sa petite idée, qui est que le gouvernement qui sera issue des prochaines élections, devrait être un gouvernement de réconciliation nationale, pour mettre en œuvre les réformes proposées par la commission.

 Mais d’ici là, que faire de la Constitution de la IVè République, dont les faiblesses ont fait le lit de la mauvaise gouvernance que le pays a connue ? Grande question, à laquelle des réponses figées ne peuvent être apportées, d’autant qu’à l’aune de la réalité de la gestion du pouvoir d’Etat, beaucoup d’acteurs de la transition ont vite réalisé, qu’il y a bien loin, de la coupe à la lèvre.

Mais quelle perspective donc pour le processus de transition au Burkina ? Trois pistes peuvent être dégagées : un scénario optimiste, un scenario pessimiste, et un scénario réaliste. Ibriga s’inscrit dans le troisième scenario. La transition ira à bon terme, mais pas comme un long fleuve tranquille. Il y aura des difficultés et des à-coups, mais elle va aboutir. Et d’ajouter, un peu taquin, « tout le monde y a intérêt, car un retour de manivelle sera sans pitié ».

R. A. BAMBARA, ambabfparis

www.ambaburkina-fr.org

romain.bambara@ambaburkina-fr.org

Print Friendly, PDF & Email

Plus d'articles:

izmir web tasarim genital estetik