Flash Info
prev next

à La Une »

Forum national des jeunes 2019 : Roch Marc Christian Kaboré échange directement avec les jeunes.

20 septembre 2019 – 21 h 53 min Pas de Commentaire | 102 views

La ville de Bobo-Dioulasso abrite depuis le 18 septembre 2019, le forum
national des jeunes. L’apothéose de ce forum comme à l’accoutumée c’est l’occasion qui est offerte aux jeunes
d’échanger directement avec le Président du Faso.
Pour l’édition de …

Lire l'article »
Actualités

Grands dossiers gouvernementaux

Chronique du Gouvernement

Chronique du Gouvernement du Burkina Faso

Conseil des Ministres

Ordre du jour et compte Rendu du conseil des Ministres

Les communiqués gouvernementaux

Les communiqués venant du SIG.

Le calendrier gouvernemental

Suivi de l’ensemble des activités gouvernementales.

Acceuil » à La Une, Actualités, Reportage

ALLOCUTION DES VŒUX DE SON EXCELLENCE, MONSIEUR BEYON LUC ADOLPHE TIAO, PREMIER MINISTRE, CHEF DE GOUVERNEMENT A LA PRESSE DU BURKINA FASO

Soumis par par 22 janvier 2014 – 19 h 44 minPas de commentaire | 1 886 views
  • Madame la Présidente du Conseil Supérieur de la Communication ;
  • Monsieur le Ministre de la Communication ;
  • Monsieur le Ministre de la Culture et du Tourisme ;
  • Mesdames, Messieurs les anciens ministres ;
  • Mesdames, Messieurs les responsables d’organes ;
  • Chers doyens ;
  • Chers Confrères et consœurs ;
  • Mesdames et messieurs ;

 En ces moments rituels de vœux pour l’année 2014, permettez-moi, en réponse aux paroles aimables que vous venez de prononcer à mon égard, d’exprimer à l’endroit de chacun de vous et de vos familles, mes souhaits les meilleurs.

Puisse 2014 être pour chacune et chacun de vous, une année de pleine santé, de prospérité, de succès et de pleine réalisation de vos projets les plus chers. J’adresse ces vœux à tous les confrères où qu’ils se trouvent et leur dis tout mon soutien et mes encouragements.

Je leur traduis ma conviction que nous avons un métier très difficile, très complexe et exigeant, mais un métier noble, passionnant à travers lequel, nous contribuons à façonner ce monde. C’est un immense privilège dont nous devons jouir avec la plus grande responsabilité.

A tous ceux d’entre vous qui ont été éprouvés par la maladie ou qui ont enduré toute autre épreuve au cours de l’année 2013, je souhaite vivement que 2014 vous apporte du réconfort et du bonheur. Durant l’année écoulée et plus récemment encore, un certain nombre de nos consœurs et de confrères ont malheureusement quitté ce monde ; des disparitions qui nous ont tous beaucoup affectés. Je pense notamment à certains pionniers comme Jean Modeste OUEDRAOGO et son épouse, et à ceux qui nous ont quittés en ce début  Simon ILBOUDO, BELEM Salif, COULIBALY Sénéfa, etc.

Parmi nous, ici présents, certains ont perdu des proches ou des êtres chers. En mémoire de tous ces disparus, je vous demande d’observer une minute de silence et d’avoir pour eux, une pensée pieuse.

 Chers consœurs,

  • Chers confrères,

Au plan professionnel, la presse nationale a connu ces dernières années, des avancées significatives, même s’il est évident que de nombreux défis restent à relever. La loi portant Code de la publicité relue sera soumise cette année à l’Assemblée nationale. Les lois portant règlementation de la Communication audiovisuelle, longtemps attendue, celle portant règlementation de la presse écrite avec notamment la prise en compte de la suppression des peines privatives de liberté sont en bonne place dans l’agenda du gouvernement.

Quant à la convention collective signée par les différentes parties en janvier 2009, elle connaitra je l’espère, un tournant décisif dans sa mise en œuvre en 2014.

 J’encourage vivement les responsables des organes de presse privés à entrer dans la dynamique grâce à la disponibilité affirmée du Gouvernement, de rechercher avec les acteurs, des points de convergence pour l’allègement des charges fiscales et un appui financier mieux structurée à l’entreprise de presse privée.

Les mesures adoptées récemment par le gouvernement le 18 décembre 2013 permettront, j’en suis convaincu, d’améliorer la santé économique des entreprises. Si chacun de nous y met du sien, ces mesures devraient contribuer à assurer de meilleures conditions de vie et de travail aux journalistes et communicateurs et, éradiquer progressivement cette race de journalistes qui végètent économiquement.

Un autre challenge et pas des moindres dans le paysage audio visuel notamment, est celui du passage intégral au numérique entre 2015 et 2020 respectivement pour la bande UHF et VHF. La réussite de cette transition ne pourra être assurée que grâce à une étroite coordination entre tous les acteurs concernés et notamment les chaines de radiotélévision. Le gouvernement jouera pleinement son rôle pour assurer le succès de cette opération au bénéfice des responsables et des consommateurs des médias burkinabè.

D’ores et déjà, j’invite tous les acteurs et partenaires à s’impliquer dans la vaste campagne d’information et de sensibilisation.

C’est ici le lieu pour moi de vous remercier également pour l’accompagnement constant, souvent discret et toujours responsable que vous ne cessez de  me témoigner depuis près de trois ans maintenant, que j’assume cette lourde charge de chef de gouvernement. Je ne peux que vous exhorter à plus de détermination et d’abnégation dans cette noble et exaltante profession.

Au-delà de nos différences de conviction religieuses, idéologiques, philosophiques ou syndicales, nous devons partager les mêmes vertus qui  doivent  toujours cimenter et fertiliser la grande famille des journalistes et des communicateurs. Et si elles ont tendance à s’effriter, pour une raison ou une autre, nous devons les ranimer.

C’est pourquoi, en ces instants solennels, je rends un hommage appuyé aux doyens dans la profession et je les appelle à prendre activement part à l’encadrement des plus jeunes dans les rédactions, les studios et ateliers afin de sauvegarder la pratique d’un journalisme de qualité, soucieux de la maitrise des changements et jaloux du respect de l’éthique et de la déontologie de notre métier.

A tous ceux qui sont encore sur le terrain, je les invite à considérer chaque jour, les énormes enjeux de leurs prestations pour la consolidation de la paix sociale. Je souhaite que dans sa diversité et sa pluralité, l’ensemble de la presse nationale soit une actrice de la paix sociale dans notre cher pays.

  • Chers consœurs,
  • Chers confrères,

 Je ne peux m’empêcher de saisir cette opportunité sans évoquer avec vous  l’actualité nationale qui semble préoccuper une partie de nos compatriotes. Les démissions intervenues au sein du CDP et la mobilisation des partis de l’opposition contre le projet de mise en place du Sénat et de révision de l’article 37 ont suscité bien de commentaires dans les différents médias de notre pays.

Au-delà de la gravité des sujets évoqués où de la dernière marche de l’opposition, je perçois tous ces évènements comme un signe de vitalité de notre démocratie. Si les passions se déchainent de part et d’autre il faut simplement  savoir raison garder. Dans toute démocratie les libertés sont fondamentales tant  qu’elles s’exercent dans un esprit républicain. De même l’acceptation de la différence est une valeur essentielle de la démocratie.

Communicateurs que vous êtes, vous avez l’obligation d’écouter toutes les voix même les plus discordantes, afin qu’aucune opinion ne soit exclue dans le débat politique. Ensuite, plus que les autres votre responsabilité est grande pour dépassionner les débats. Je félicite dans ce sens le Conseil supérieur de la Communication pour son dernier message appelant à la retenue.

Ceci étant, en ma qualité de  chef du gouvernement, je peux vous assurer que son Excellence le Président Blaise COMPAORE de par sa longue expérience politique et sa sagesse saura toujours écouter le peuple burkinabè pour apporter des solutions aux problèmes qui les divisent. Rien ne se fera contre le peuple. Aucun acte ne sera posé pour déstabiliser le pays ou déranger la quiétude et la paix sociale. Comme il a toujours fait, il reste ouvert à un dialogue constructif avec toutes les forces politiques de notre pays, convaincu que toutes les crises politiques de ce pays, depuis son accession au pouvoir ont été résolues dans le dialogue.

S’agissant de la situation sociale, je saisis l’occasion que vous m’offrez pour réaffirmer au monde des travailleurs, notre sincérité et notre disponibilité au dialogue. Il y a des malentendus mais jamais du mépris à l’égard des responsables des organisations  des travailleurs qui ont toujours fait preuve d’un sens élevé de responsabilité à chaque fois que nous engageons les négociations. Je leur demande de continuer à privilégier la voie du dialogue qui seule permettra de trouver des solutions consensuelles et réalistes à leur revendications.

Je voudrais les rassurer de la détermination du gouvernement à trouver un accord définitif sur la grille indemnitaires et certains engagements déjà pris  dans les jours à venir.

Pour clore mon propos, je réitère à toutes et à tous mes chaleureux vœux de bonne et heureuse année 2014. Que l’Eternel, le Dieu tout puissant vous bénisse et bénisse tout le Burkina Faso tout au long de cette nouvelle année.

 

Je vous remercie.

Print Friendly, PDF & Email

Plus d'articles:

izmir web tasarim genital estetik