Flash Info
prev next

à La Une »

Forum national des jeunes 2019 : Roch Marc Christian Kaboré échange directement avec les jeunes.

20 septembre 2019 – 21 h 53 min Pas de Commentaire | 246 views

La ville de Bobo-Dioulasso abrite depuis le 18 septembre 2019, le forum
national des jeunes. L’apothéose de ce forum comme à l’accoutumée c’est l’occasion qui est offerte aux jeunes
d’échanger directement avec le Président du Faso.
Pour l’édition de …

Lire l'article »
Actualités

Grands dossiers gouvernementaux

Chronique du Gouvernement

Chronique du Gouvernement du Burkina Faso

Conseil des Ministres

Ordre du jour et compte Rendu du conseil des Ministres

Les communiqués gouvernementaux

Les communiqués venant du SIG.

Le calendrier gouvernemental

Suivi de l’ensemble des activités gouvernementales.

Acceuil » à La Une, Actualités

La journée internationale de l’alphabétisation commémorée ce 8 septembre à Ouahigouya

Soumis par par 15 septembre 2011 – 7 h 48 minPas de commentaire | 3 023 views

Le Premier ministre Luc Adolphe Tiao a présidé le 8 septembre 2011 à Ouahigouya la cérémonie marquant la commémoration de la journée internationale de l’alphabétisation. A cette occasion, l’épouse du Président du Faso madame Chantal Compaoré a reçu une attestation de reconnaissance et a été faite ambassadrice de bonne volonté pour l’alphabétisation et l’éducation non formelle.
La commémoration de la journée internationale de l’alphabétisation revêt une grande importante pour le Burkina. Le pays traine encore un taux d’alphabétisation d’environ 30% qui est en deçà du seuil minimum de 40% requis pour impulser le développement. Par ailleurs les déperditions scolaires et le faible taux d’achèvement au primaire restent des sujets de préoccupation pour les autorités. Pourtant, il est admis que l’alphabétisation fait partie des droits vitaux de la personne humaine.
Le choix porté sur la personne de madame Chantal Compaoré pour assurer le plaidoyer en faveur de l’alphabétisation découle de son engagement depuis de nombreuses années à être à l’avant-garde du combat contre ce fléau. Au plan national et mondial, elle a participé à la mise en œuvre de plusieurs initiatives significatives, à l’image de sa participation en 2003 à New York au lancement de la décennie des Nations-Unies pour l’alphabétisation et aussi de son parrainage personnel en 2007 de la campagne pour une levée de fonds en faveur de l’alphabétisation.
Après avoir reçu son écharpe en tant qu’ambassadrice de bonne volonté, madame Chantal Compaoré s’est dite consciente de porter la responsabilité d’accompagner les campagnes de sensibilisation dans le souci de susciter une participation massive des apprenants et d’œuvrer à leur succès. L’épouse du Chef de l’Etat a réitéré sa disponibilité à poursuivre les efforts déjà entrepris tout en lançant un appel aux autorités, à la société civile, aux partenaires techniques et financiers et au secteur privé afin que les initiatives soient multipliées pour accroître l’offre d’éducation au profit de toute la population et notamment des femmes, des filles et autres personnes vulnérables. Elle a exhorté tous ceux qui ne sont pas alphabétisés à fréquenter les centres ouverts à cet effet et encouragé les apprenants en cours de formation à être assidus.
Le Premier ministre Luc Adolphe Tiao a exprimé sa gratitude à l’endroit de madame Chantal Compaoré pour son engagement et son dévouement en faveur d’un recul de l’analphabétisme au Burkina. Pour le Chef du gouvernement, le principal défi à relever au cours de ce 3e millénaire demeure la lutte contre ce fléau qui aggrave la pauvreté. La commémoration de cette journée est, selon lui, un moment de forte interpellation sur l’urgence à redoubler d’effort pour lutter contre l’analphabétisme. Il a rappelé les initiatives importantes entreprises par le gouvernement dans ce sens et ce, conformément à la vision du Président du Faso. Il s’agit notamment de la prise en compte de cette dimension dans la stratégie de développement et de croissance accélérée (SCADD), du parachèvement du Plan décennal de développement de l’éducation de base (PDEBB), de l’élaboration du programme de développement stratégique de l’éducation de base (PDSEB), de la diversification des formules alternatives d’alphabétisation, de l’adoption et la mise en œuvre du programme national d’accélération de l’alphabétisation et de l’éducation non formelle…
Sur le thème de cette année qui est « Alphabétisation et culture de la paix » choisi par les Nations-Unies, Luc Adolphe Tiao a souligné sa pertinence et son actualité au regard des turbulences qui secouent le monde. Le Premier ministre qui a rappelé cette phrase de feu le président Houphouët Boigny pour qui « la paix est un comportement », s’est dit convaincu que l’accès à l’éducation pour tous favorise la culture de la paix dans la société.
La cérémonie a été marquée par des témoignages de femmes apprenantes qui ont cité tous les bienfaits que leur apporte l’alphabétisation. Grâce au savoir acquis, elles savent désormais comment lutter efficacement contre certaines maladies, comment préserver l’environnement, comment assurer le suivi de l’éducation de leurs enfants et comment se prendre en charge dans la société. Le Premier ministre Luc Adolphe Tiao et madame Chantal Compaoré ont ensuite visité une exposition de produits de groupements féminins et assisté à une séance d’alphabétisation.
Propos du chef du gouvernement recueillis à la fin de la cérémonie :
« Une bonne partie de notre population n’a pas encore accès à la lecture, à l’écriture, au savoir tout simplement. Malgré les efforts que nous consentons, nous sommes encore loin d’atteindre les Objectifs du millénaire pour le développement qui est que nous atteignions un taux d’alphabétisation d’au moins 60%. Je lance donc un appel à toutes les bonnes volontés, aux Partenaires techniques et financiers afin qu’ils nous accompagnent et que nous puissions nous approcher de cet objectif.
Je pense que cela est possible car lorsque l’on échange avec les spécialistes de l’alphabétisation, il ressort qu’en 90 jours on peut alphabétiser le maximum de personnes. On l’a essayé dans le passé avec l’alphabétisation commando. C’est une question de volonté politique mais aussi de moyens. Le gouvernement est déterminé à avancer dans ce sens afin que nous nous approchions de cet objectif qui figure parmi les OMD. Cela nous permettra de donner un niveau de développement supérieur à notre pays car comme tout le monde le sait, ce qui tire le Burkina vers le bas, c’est le taux élevé d’analphabétisme. Et c’est ce défi que nous entendons relever ».
http://www.gouvernement.gov.bf/spip.php?article794

Print Friendly, PDF & Email

Plus d'articles:

izmir web tasarim genital estetik