Flash Info
prev next

à La Une »

Compte rendu du Conseil des ministres du jeudi 13 juin 2019

13 juin 2019 – 16 h 17 min Pas de Commentaire | 2 024 views

 
 
 
 
 
Le Conseil des ministres s’est tenu à Ouagadougou,  le jeudi 13 juin 2019, en séance ordinaire, de 09 H 00 mn à 11 H 20 mn, sous la présidence de Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE, Président du …

Lire l'article »
Actualités

Grands dossiers gouvernementaux

Chronique du Gouvernement

Chronique du Gouvernement du Burkina Faso

Conseil des Ministres

Ordre du jour et compte Rendu du conseil des Ministres

Les communiqués gouvernementaux

Les communiqués venant du SIG.

Le calendrier gouvernemental

Suivi de l’ensemble des activités gouvernementales.

Acceuil » à La Une, Actualités

Le Conseil national de la Sécurité routière officiellement installé

Soumis par par 19 août 2011 – 14 h 50 minPas de commentaire | 2 038 views

Les membres du Conseil national de la Sécurité routière (CNSR) ont été officiellement installés le 26 juillet 2011 par le Premier Ministre Luc Adolphe Tiao, au cours d’une cérémonie qui a eu pour cadre la salle de Conférences de Ouaga 2000. Composé de 29 membres provenant de 27 structures publiques et privées et de la société civile, le Conseil a, immédiatement après sa mise en place, tenu sa première session autour du thème « ensemble nous pouvons sauver de nombreuses vies. Alors, agissons tous maintenant ». Il s’agissait à travers ce thème, de lancer un vibrant plaidoyer pour une nécessaire prise de conscience collective et nationale de tous et de chacun sur la question de la sécurité routière au Burkina.

Le Conseil national de la Sécurité routière officiellement installéDans son discours d’installation des membres du Conseil national de la Sécurité routière, le Premier Ministre Luc Adolphe Tiao a salué la mobilisation des acteurs de la sécurité routière à cette rencontre. « Notre mobilisation confirme la prise de conscience nationale de la problématique de la sécurité routière et démontre la grandeur des attentes placées en cette nouvelle structure d’appui », a-t-il souligné.

Il a déploré le fait qu’au Burkina, la situation de plus en plus alarmante de la sécurité routière avec des statistiques d’accidents de la route qui révèlent une moyenne annuelle de 500 morts et plus de 6 000 blessés principalement parmi des piétons, des cyclistes et motocyclistes, au nombre desquels les jeunes qui constituent la vitalité et l’espoir de la Nation sont majoritaires.

Le Conseil national de la Sécurité routière officiellement installé

Aussi, par devoir de mémoire il a rappelé les tragédies de la route qui ont attristé et endeuillé les familles et le Burkina au cours des sept dernières années et fait observer une minute de silence en la mémoire des disparus, en ayant une pensée particulière aux victimes du dernier accident survenu le 24 juillet 2011 près de Boromo et qui a fait 11 morts et une quarantaine de blessés.

Il a invité les usagers de la route à avoir le reflexe permanent de l’observance des règles de la circulation routière pour que plus jamais l’on ne vive de pareilles tragédies au Burkina Faso. « Ces tragédies nous interpellent sans cesse sur la nécessité d’atteindre urgemment des résultats concrets en matière de sûreté et de sécurité sur les routes », a-t-il dit.

Pour l’enracinement d’une culture de sécurité routière dès le jeune âge

Le Conseil national de la Sécurité routière officiellement installé

Luc Adolphe Tiao a rappelé l’importance qu’accorde le gouvernement aux questions de sécurité routière avec la mise en place d’un programme sectoriel y relatif, l’adoption de la loi d’orientation des transports terrestres le 06 mai 2008 et du document de politique nationale de sécurité routière le 17 février 2009.

Il a rappelé aux membres du Conseil National de la Sécurité Routière dont il est le président, la lourde responsabilité qu’ils ont de préserver des vies humaines sur les routes. Selon lui, 80% des accidents au Burkina sont liés au fait de l’homme et le salut viendra nécessairement d’une prise de conscience et d’un changement de comportements des usagers de la route. L’école reste pour lui un moyen important de la lutte pour l’enracinement d’une culture de sécurité routière. Aussi, a-t-il interpelé les enseignants et parents d’élèves, représentés au Conseil, à s’impliquer dans cette formation des jeunes.

Il a invité les membres du Conseil à jouer leur partition. « vous mesurez donc les attentes de la Nation ; accomplissons donc notre mission avec vaillance et efficacité, en ayant toujours à l’esprit que l’essentiel est de sensibiliser, de conscientiser au respect du code de la route et d’ancrer dans les esprits des usagers le réflexe de prudence qui, comme le dit l’adage, est mère de sûreté », a-t-il dit.

Il a rappelé que la décennie 2011-2020 en cours, est une période de défi mondial dans la lutte contre l’insécurité routière sous toutes ses formes, au cours de laquelle les Gouvernements de tous les pays du monde sont invités à faire connaître leurs plans nationaux d’actions pour un programme coalisé de lutte contre ce fléau.

Pour une atteinte des objectifs de la décennie et pour ramener l’assurance sur les routes nationales, il a invité les membres du Conseil à définir « un schéma référentiel adapté pour des résultats durables, et veiller à ce que notre stratégie intègre tous les aspects du plan d’actions mondial tel que préconisé par les Nations Unies ».

Le Conseil national de la Sécurité routière officiellement installé

Le Premier Ministre a donné l’assurance qu’il a pris bonne note de l’interpellation du Ministre en charge des Transports, pour un mécanisme pérenne de financement de la sécurité routière. « Je puis vous rassurer que j’examinerai avec la plus grande bienveillance toute proposition », a-t-il souligné aux membres.

Tout en saluant l’accompagnement des partenaires et bailleurs de fonds à la lutte contre l’insécurité routière, il a relevé le mérite des acteurs privés de la sécurité routière et de tous les bénévoles qui contribuent inlassablement et avec enthousiasme aux côtés des structures administratives.

Le Ministre des Transports, des Postes et de l’Economie numérique, Gilbert Noël Ouédraogo, dans la présentation du Conseil national de la Sécurité routière et de la politique gouvernementale en la matière, a souligné que c’est le 31 décembre 2008 que cet organe consultatif a été créé afin de dynamiser davantage les actions de l’office national de la Sécurité routière (ONASER).

Composé de trois organes, à savoir l’Assemblée générale, le Bureau des Ministres et le secrétariat permanent, le Conseil national de la sécurité routière est placé sous la présidence du Premier ministre et a pour missions principales de : contribuer à la formulation de la politique globale de sécurité routière ; proposer des stratégies appropriées de lutte contre les accidents de la route ; évaluer la mise en œuvre des actions de l’ONASER et des autres acteurs de la sécurité routière ; émettre des avis et recommandations sur les questions de la sécurité routière ; contribuer à l’amélioration des rapports de collaboration entre les acteurs de la sécurité routière ; formuler des avis et recommandations sur le contenu et la mise en œuvre du plan de contrôle routier.

Print Friendly, PDF & Email

Plus d'articles:

izmir web tasarim genital estetik